Il est 4h30 du matin, le réveil sonne quelques (courtes) heures après l’avoir réglé. Quelle étrange ressemblance entre tous nos voyages en avion où systématiquement on se prépare alors que le jour n’est pas encore levé. Nous faisons rapidement le tour de nos papiers histoire de ne rien oublier qui gênerait la prise de notre vol (comme un billet d’avion ou un passeport par exemple).

Une fois prêts, petit déj’ rapidement avalés et nous voila dans la papamobile direction St Ex. où nous commençons par faire une queue énorme au guichet zyzyjet pour déposer notre (vide) valise en soute. Nous tombons en même temps qu’un départ pour le Maroc et le Portugal, du coup pas mal de monde. Une fois la valise déposée (7 kg de marge pour le retour sachant que les bagages à main sont vides), direction le contrôle qui passe nickel et c’est parti pour presque deux heures d’attente pour notre vol, entre bâillements et assoupissements passagers (flemme de sortir mes bouquins de révision du concours d’instit’). L’avion arrive presque à l’heure, nous montons parmi les premiers dedans et nous installons le plus proche de l’avant pour pas mettre quarante piges à redescendre, je boucle ma ceinture et recommence ma nuit (oui je sais faut être attentive aux consignes de sécurité mais je les connais par cœur à la longue). Un dodo et demi plus tard nous voici à Gatwick pas très frais mais très disposés à arpenter la capitale britannique. La descente de l’avion est relativement courte mais alors première surprise la taille de l’aéroport.. C’est juste… immense ! Des escalators colossaux, des immenses baies vitrées, je suis soufflée. Et je comprends mieux quand ils nous donnent 20 minutes de marche jusqu’à la récupération des bagages… Nous passons le contrôle automatique, scan passeport ok, passer les portes ok, s’arrêter sur les pas (euh pas ok, pas vu on recommence), s’arrêter sur les pas, faire risette à la caméra, photo, portes qui s’ouvrent, merci et au revoir ! Bien penser à enlever les lunettes sinon la caméra vous reconnaît pas et vous êtes juste coincé comme un rat entre les deux portes automatiques. Rapide ce passage de « frontière » mais pas si simple, pas de tampon sur le passeport snif (collectionnite aiguë ? jamais!).
Nous arrivons en zone de retrait de bagages, notre valise arrive… dans les dernières (comme toujours comme c’est étonnant mais au moins elle est là!), hop c’est parti direction le zyzybus… on sort du terminal… et euh…. on va où?? on cherche le numéro et heureusement c’est très bien indiqué et après quelques minutes (encore!) de marche nous arrivons à la zone où la zyzynavette nous récupère (nous et d’autres français d’ailleurs). Une dizaine de zyzynavette nous passe devant (keuwwaahhh ?? et nous??) jusqu’à ce qu’une s’arrête et nous prenne en charge, nous donnons nos vouchers, chargeons la valise, nous serrons sur les sièges passagers et c’est parti pour une bonne heure de transfert inconfortable vers Londres (temps optimisé à mort avec un épisode « sommeil express ».. Marmotte? Jamais!).

Une fois arrivé à Earl’s Court (zone 2 du métro londonien), regard terrifiés à gauche et à droite.. Mais il est oùùùù le métrooooooo ? pas d’underground à proximité mais beaucoup beaucoup de bus, mais ce n’est pas le but.. nous suivons les autres touristes et remontons une avenue.. pour tomber sur une pancarte « underground » VICTORY !!! Premier job, aller directement au guichet demander la « oeilsteur cardeuh plize ». Bon la femme semble à peu près comprendre notre accent pourri et pose une question à Jérém’ et là bug de Jerem’ complet, ouverture des yeux de merlans frits genre « j’ai-rien-compris-ce-que-cause-la-madame-la ». Heureusement que je comprends l’anglais (même si je le parle atrocement), « bof juste qu’il faut 5£ de caution et donc si on charge la carte de 30£ ou de 25£ pour arriver à 30£ « (bon faut dire que j’ai potasser le truc avant aussi)… Une grosse réflexion s’engage (la femme a limite le temps pour se faire une french manucure) et c’est parti allez 30£ de charge et le « deposit » en plus. Première sortie de la CB, *schling* 70£ de délestés du compte de monsieur. La dame nous remet deux jolies cartes bleues dans sa super protection plastique et là direction les portes automatiques. Un employé nous guide, faut mettre la carte là (dessin jaune-*bip bip*) et passer…
Une fois les portes ouvertes (mouais ça marche comme en France quoi), nous tombons sur de super panneaux.. j’avais pré programmé les métros à prendre donc c’était ligne bleue jusqu’à Hyde Park puis Jubilee Line (grise) jusqu’à notre hôtel à West Hampstead. Nous descendons bien à Hyde Park (à quelques dizaines de marches près chargés comme des mulets et soufflants comme des gorets) mais là moment de panique.. La Jubilee Line est coupée toute la journée… Ohhhh merveilleux… Comment qu’on fait là ? Des agents nous orientent, reprendre la ligne, s’arrêter à Piccadilee, prendre la marron s’arrêter à Baker Street puis prendre un bus… rien que ça.. WTF ??? bref nous faisons chemin inverse et marche inverse, reprenons la ligne bleue pour un arrêt, nous plantons pas dans le transfert et descendons à Baker Street… Pour chercher une ligne relais… que nous trouverons jamais xD…
Nous en profitons pour changer 60€ au bureau de change indiqué sur le Routard, une petite photo de la statue de Sherlock Holmes qui traîne dans le coin (normal son appart’ est situé dans les livres de Conan Doyle au 221B Baker Street) mais à contre jour (photo fichue bonjour) et nous nous dirigeons vers le premier arrêt de bus venu.

http://www.sherlock-holmes.org.uk

Celui-ci nous permet de retrouver la ligne 139 qui va à West Hampstead. Nous attendons une grosse dizaine de minute le bus, grimpons dans celui-ci, bipbip au passage de la carte et nous prenons notre mal en patience direction notre hôtel. Nous passons en chemin devant les studios d’Abbey Road (ceux des Beatles) et le fameux passage piéton immortalisé sur une pochette de leur album. Bizarrement le coin est blindé de touristes.. Nous passerons plusieurs fois devant ce haut lieux de la musique britannique. Le bus nous débarque sur la rue de notre hôtel (West End Lane). Nous devons récupérer les clés dans un bureau quelques numéros plus tard.. Nous sommes tellement peu concentrés que nous allons beaucoup trop loin, remontons une côte avec de jolies maison, rebroussons chemin, passons par une rue assez glauque, avant de décider de revenir sur nos pas et trouver le bureau. La dame de la réception nous prévient que la chambre ne sera pas disponible avant 14h (il est midi… euh merde non 11h heure locale) du coup nous déposons nos bagages et partons prendre le métr… le bus pour rejoindre le Londres plus central. Les plan sont déjà bousculés avec la Jubilee Line qui est out.

Ayant repéré le trajet de la ligne 139, je prend le parti de m’arrêter bien avant Baker Street pour visiter les parcs sur les hauteurs de Londres PrimRose Hill (et sa vue sur la ville) et Regent’s Park.

* St Johns Wood Church Grounds

En chemin nous tombons sur un petit jardin tout mignon au départ où nous croisons nos premiers écureuils britanniques pas peureux du tout qui serpente par la suite au milieu de tombes ancestrales… Cela vient sans doute du fait que le jardin est attenant à une église et que du coup il se confond plus ou moins avec le cimetière de celle-ci…

St John’s Wood Church

Petite ballade sympathique quoique « bizarre » en fin de parcours. Nous sortons de celui-ci et grâce au panneau de la ville très bien fait nous prenons la direction de Regent’s Park.

* Regent’s Park

Regent’s Park est un immense terrain verdoyant où une grande partie est utilisée pour différents sports. Nous avons vu ainsi la jeunesse britannique se défier au foot, au volley et nombre d’autres sports. De ce qu’on en a vu de la partie Nord du parc est pas trépidant plus que ça, pas de point d’eau (hormis la très jolie rivière qui le borde) et des ares et des ares d’herbe avec peu d’arbres et quelques sculptures de bois)… Nous serons plus surpris au retour…

Nous traversons Regent’s Park avec comme but premier de rejoindre le parc de Primrose Hill qui offre une vue panoramique sur la ville de Londres, en effet cet espace est largement surélevé.

* Primrose Hill

Après une super grimpette qui coupe bien le souffle vue la fraicheur de ce jour là nous contemplons une magnifique vue de Londres…

Primrose Hill est une butte de 78mètres de hauteur. L’emplacement est super sympa, calme et les gens viennent contempler le panorama (ou sabrer le champagne pour l’avoir vécu). Dans ce parc, la légende veut que Paul Mc Cartney y baladait son chien Martha. C’est vraiment le lieu de départ idéal d’un week end à Londres pour voir par avance ce que l’on va visiter…

Nous redescendons au bout d’un bon moment, et retraversons Regent’s Park avec comme objectif de rejoindre la station de métro la plus proche. Nous traversons du coup Regent’s Park du Nord au Sud et tombons sur la partie la plus charmante du parc avec son plan d’eau,  ses animaux et son calme absolu…

A suivre…

PS: n’oubliez pas de voter pour nous ici si vous aimez notre blog !

« »