Après avoir pris un peu le vert dans les deux poumons du Nord de Londres, nous rejoignons Marylebone Station, emplacement le plus proche où se situe… un Burger King ! En chemin nous tombons involontairement sur un lieu de résidence de la Résistance Française…

Alliance House

Arrivés sur Marylebone Station, un whopper englouti, un gros coup de fatigue nous prend… La digestion surement… Nous décidons d’aller récupérer nos valises et chercher notre chambre d’hôtel afin de nous caler un petit moment au calme avant de repartir en fin d’aprem’ pour arpenter Hyde Park par exemple. Nous rejoignons l’arrêt de notre bus à pieds (Marylebone est à un arrêt de métro de Baker Street). Une fois encore nous faisons le trajet Baker Street-West Hampstead et prenons ce coup ci des clichés d’Abbey Road et du Studio..

Abbey Road Studios

 

Ce coup-ci nous nous descendons au bon arrêt de bus, juste en face de la réception de notre futur logement, récupérons les clefs.. Nous trouvons rapidement le 198 (nous l’avions repéré le matin même). Après avoir un chouilla galéré pour ouvrir la porte de l’immeuble, nous accueillons avec une joie non feinte, le fait d’être au troisième étage sans ascenseur… yipaaa… et leurs étages la bas c’est pas 10 marches bien larges.. ben non pourquoi faire simple.. Donc après des escaliers supers raides, chargés comme des bœufs nous trouvons notre chambre. Nous l’ouvrons et trouvons une petite chambre charmante avec tout le nécessaire pour vivre tranquillou quelques jours (petit espace cuisine, salle de bains tout équipée, grand lit). Et fait notable notre chambre donne sur la cour arrière de l’immeuble et non sur l’avenue donc elle est juste, super au calme (et sur tout l’immeuble il n’y a que trois chambres qui ont cette vue là, trop bien)! Et vu que l’on est au dernier étage pas de souci de voisins qui grimpent les marches grinçantes devant notre porte. Donc gros coup de chance. Nous posons les valises, et avons le malheur de nous caler dans le lit….

Trois heures plus tard on émerge… Arg, vue l’heure c’est râpé pour Hyde Park et compagnie, on va pas partir à l’exploration des bois éclairés à la bougie… Bref raté pour raté, nous descendons à la supérette située juste en dessous de notre immeuble, achetons des cochonneries (gâteaux & boissons what else?), nous délestons de quelques pounds et remontons le tout pour goûter un bout.

A ce moment là, il n’est pas question de lâcher l’affaire on a encore rien vu de Londres, hormis des cabines rouges et deux taxis londoniens et demi, zut j’imagine pas ma première journée comme ça, plan plan à souhait, 20h une soupe, une bouillotte et au lit. Hors de question, on a pas encore soixante piges..

Après un bon coup de pieds aux fesses, nous re re reprenons le bus 189 direction Baker Street, mais nous poussons le vice jusqu’aux lieux où tout bouge la nuit, Picadilly Circus ! Milliers de véhicules entre taxi cabs, bus à impériales et autres véhicules standards suicidaires,

dizaines de bâtiments accueillants des comédies musicales plus (The Miserables) ou moins connues (Chariots of Fire), plus (Dora l’exploratrice) ou moins kitchouille (Le Fantôme de l’Opéra),

Panneaux Publicitaires à la New York, bref ça bouge….

Au gré de nos déambulations(bon ok le nez fixé sur le plan du Routard surtout), nous trouvons après moults détours le Chinatown local… Avec ses restaurants et leurs devantures composées de canard laqué (biiirrkkkk), les odeurs particulières de bouffe chinoise, et nombre de détails qui nous catapultent directement en Asie.. Un petit lieu bien sympa à la tombée de la nuit…

Sortis de Chinatown nos pas nous portent vers le Lyceum Theater où se joue la comédie musicale The Lion King que nous devions aller voir (au départ… mais que nous ne ferons pas faute de temps au final). De là nous sommes au bord de la Tamise.. Quoi de plus joli que de remonter celle-ci? La nuit rend la ville magique surtout au bord de l’eau…

Nous traversons le Waterloo Bridge pour rejoindre la zone où se situe le London Eye (la fameuse énorme grande roue super chère mais super sympa à voir sans monter dedans car elle est super chère enfin ça je l’ai déjà dit hum!).

Le quartier est super animé grâce à la présence du Priceless London Wonderground, une fête foraine à l’ancienne située au pied du London Eye. Constituée de spectacle de cabaret, de cirque et de quelques attractions dont une balançoire qui monte à soixante sept mètres de haut, l’ambiance est vraiment unique. On a beaucoup aimé, et j’aurais encore plus adoré si Jerem’ ne m’avait pas frustrée en refusant de grimper sur la balançoire T-T. Cette attraction londonienne était temporaire, ils ont plié bagages le 30 septembre, bien dommage car ça donnait beaucoup de cacher à la berge.

Après avoir passé un bon moment, nous remontons le long de la Tamise (once again) direction le quartier de Westminster et la tour Elizabeth II, en traversant le WestminsterBridge. La question culture à 2000 £, Tour Elizabeth c’est queuwahhhh ? C’est juste la tour qui héberge Big Ben. En effet Big Ben c’est la cloche et non le bâtiment !

Houses of Parliament & Elizabeth Tower

Westminster de nuit c’est  juste magique. Nombre de touristes sont dans le même cas que nous à photographier tout ce qui bouge. S’ils pouvaient juste éviter les flashs qui tuent la rétine (et qui donnent juste d’affreuses photos), mes yeux leurs devraient une reconnaissance ééééééééternelle! Nous faisons le tour du quartier, passons devant l’entrée officielle de la souveraine des Houses of Parliament bien gardée par des policiers en tenue officielle, et décidons de rebrousser chemin, vu que la zone est de plus en plus sombre (courageux mais pas téméraires).. Les jambes commencent légèrement à fatiguer après le tour fait, nous reprenons la direction de Picaddily Circus, dégustons deux trois gourmandises au premier Starbucks trouvé et rentrons prendre une bonne nuit de sommeil. Le lendemain lever aux aurores (horreur !) pour aller visiter la Tour de Londres et les joyaux de la Reine !

A suivre,

PS : ne nous oubliez pas pour les Golden Blogs Awards ici

« »