Category: 4. Walt Disney World


Après les longues heures de route nous arrivons donc à notre hôtel d’Orlando réservé sur un coup de tête.  Celui-ci se trouve proche de Walt Disney Resort entre autre, et n’est pas trop cher au vu du peu de budget qu’il nous reste…

Howard Johnson Plaza Altamonte Springs – Orlando North ***

booking.com

L’hôtel est relativement calme mais le quartier nous a semblé au final relativement « craignos ». La chambre n’est pas super nette et très défraichie. Bref on en a pour le prix (50€/nuit petit déjeuner inclus) mais pas plus. Le petit déj’ ne casse pas trois pattes à un canard même s’il est autrement plus varié que dans d’autres hôtels. Bref idéal pour dormir mais pas plus..

Points + : rapport qualité/prix

Points – : chambre défraîchie et pas super nette

Note : 6/10

Le soleil se lève sur notre dernière journée « pleine » en Floride. La nostalgie commence déjà à se pointer, retour au point de départ ou presque. Allez on ne se laisse pas abattre, après un petit déj rapidement avalé, nous retournons faire les malls puis sur un coup de tête direction Downtown Disney avec une petite idée derrière la tête.

Nous garons la voiture à Downtown et prenons le premier bus direction…. Disney’s Boardwalk que nous n’avions pas pu faire auparavant. Et qu’est ce que nous avons bien fait…

Après avoir été déposés à l’entrée de Boardwalk, nous franchissons un « mini tunnel » qui passe sous un des superbes hôtels du coin et là nous tombons sur un lieu magnifique, ensoleillé et hyper calme. Boardwalk est composé de quelques boutiques et restaurant et de plusieurs hôtels : les Disney’s BoardWalk Villas, Disney’s Yacht Club Resort et Beach Club Resort. De magnifiques hôtels avec des plages et des aires de repos très agréables. Nous prenons notre repas à la Boardwalk Bakery qui propose des mets très frais et des desserts excellents. Pas donné mais très bon ! On recommande !

Nous faisons une petite ballade digestive (un des chemin mène à EPCOT mais nous ne cédons pas à la tentation de prendre une entrée), puis rebroussons chemin direction la « plage » prendre le soleil.

Nous passons une bonne après midi de détente.

Les heures filent et nous reprenons le bus en toute fin de journée pour récupérer notre voiture direction notre hôtel. Un dernier repas rapidement avalé et viens la corvée des valises (ne pas mettre plus de 23kg/ valise en soute dur dur) et un bilan des achats..

On s’est vraiment fait plaisir bondiou !!! Une fois les valises pliées, direction dodo, le lendemain matin on se lève tôt pour laver la voiture, la poser à Alamo et prendre notre avion direction Atlanta-Paris-Lyon.

Au dernier jour de notre voyage nous nous levons relativement tôt, déjeunons rapidement, chargeons la voiture et courrons la faire nettoyer complètement chez une enseigne du coin.. Nous prenons un nettoyage rapide.. *kof kof* ils sont tellement long qu’on sent la pression monter, manquerait plus qu’on loupe notre vol tiens. Surtout que bon on a juste les contrôles à passer quoi à l’aéroport et vue la galère à l’aller.. On est mal.. Je presse Jerem’ toute les dix minutes pour qu’il aille magner les fesses au bonhomme..

Finalement on nous rend la voiture nette et propre et nous branchons le GPS direction l’aéroport.. Nous sommes au bout de nos efforts.. or not… Nous rendons la voiture à Alamo, prenons nos valises, direction le hall de l’aéroport chargés comme des bœufs, nous soufflons, transpirons à grosses gouttes (normal vu la chaleur).

Arrivés dans le hall, nous trouvons l’aéroport super désert, pas un chat *gros coup de stress* et pas de vol Orlando-Atlanta annoncé… *gasp* On va accoster un agent des lieux qui nous dit qu’on s’est « juste » planté d’aéroport.. Bordwel il y en a pas qu’un à Orlando et on s’est plantés comme des bleus à pas 3h du départ de notre vol… Grosse catastrophe !! La seule solution rapide est de prendre un taxi (ou de relouer une voiture mais bon on va pas risquer de se planter de nouveau et vraiment louper le vol).

Nous en trouvons un devant l’aéroport, qui nous emmène direction l’aéroport international.. Nous avons juste quelques dizaines de kilomètres à refaire en sens inverse (ptaiiiin c’est grand Orlando), (nous suivons la route sur un plan piqué à l’aéroport), les minutes défilent super vite (arrgggggg) tout comme le montant de la course, ça bouchonne sévère.. mais nous arrivons à bon port (enfin aéroport) pas 1h30 avant l’embarquement.

Nous donnons notre CB, sommes délestés de pas loin de 100$ -(tant pis louper un vol serait encore pire), nous nous jetons sur le bureau d’enregistrement juste en face de nous, désert, nos valises sont piles poils au bon poids, nous courrons passer les contrôles tous stressés… Et arrivons à temps après sueurs froides sur sueurs froides pour prendre notre vol *danse de joie*. Je ne sais pas comment on a fait mais on a juste eu un bol phénoménal. Nous arrivons quelques courtes heures plus tard à Atlanta, nous mangeons un petit bout au Panda Express ( Fast Food chinois pas trop dégueu). Après 2h d’attente nous prenons l’Atlanta-Paris de nuit.. Un vrai cauchemar ce vol, juste deux personnes devant nous qui passerons leur nuit à bouger et mettre des coups dans le siège, donc nous fermons pas l’œil du vol. Nous arrivons tels des zombis à Paris. Nous avons à peine une heure de correspondance pour notre Paris-Lyon. Nous subissons d’énièmes contrôles, laissons nos dernières forces dans la courses à l’avion, prenons un minuscule coucou direction Lyon. Nous arrivons à bon port et à l’heure… Mais bon poissards un jour poissards toujours… Nos valises ne nous ont pas suivi.. L’horreur que de voir un tapis tourner et ne jamais voir ses valises arriver… nos cadeauuuxxx T-T.. Nous sommes convoqués au bureau Air France et là une charmante hôtesse nous prévient « juste » qu’elle n’a pas la moindre idée d’où se trouvent nos bagages.. KEUWAHHHH????? On nous prend nos coordonnées pour nous tenir au courant ASAP…. NAAAANNNNNN !!

Nous rentrons chez nous jet lagés à mort, stréssés pour nos valises que nous passons tout le mercredi aprem’ a essayer de tracer… Pas de nouvelles… Les sites internet nous font juste flipper à mort… Valises éventrées, disparues définitivement, voire débarrassées de leurs contenus, bref de quoi bien mettre les chocottes surtout qu’on est quasi sûrs qu’elles sont restées à Charles de Gaulle vue que notre dernière correspondance était super courte (trop?). Finalement nous retrouverons nos valises chéries le lendemain en état nickel, directement amenées à casa… Elles avaient juste voulues visiter un peu plus Charles de Gaulle.

Tout est bien qui finit bien, nous finissons ce voyage rassurés, les images plein la tête, un rêve réalisé…

Ainsi s’achève le récit de notre premier voyage aux Etats-Unis, à venir l’Italie et Londres mais également un bilan financier de ce voyage…

PS: n’oubliez pas de voter pour nous ici si vous aimez notre blog !

Déjà le dernier jour sur les parcs de Walt Disney World, donc autant vous dire qu’on  n’en mène pas large. Une grosse partie de notre belle expérience américaine est déjà derrière nous *snif*.. Bref après une grasse mat’ (la dernière sur le territoire Disneyen) nous allons réserver une navette pour aller récupérer notre voiture qui nous permettra de vivre d’autres expériences de la mort qui tue sur le sol américain. Vers midi celle-ci est sur place, nous montons et tombons sur un chauffeur très très sympa qui nous raconte beaucoup de chose sur lui et sur les USA. Une des superbes rencontres du séjour. Une fois arrivés au stand Alamo on nous donne rapidement les clés (par contre c’est Jerem’ qui enregistre tout mon permis est resté dans les bagages pffff), puis nous faisons connaissance avec notre nouvelle compagne, rouge.

Le conducteur de la navette vient nous expliquer le fonctionnement de la boîte automatique *bénit soit il T-T* et Jerem fait quelques essais fructueux. Puis vient mon tour. Je ne plante pas la voiture (miracle) et je pars cheveux aux vents direction notre hôtel récupérer les valises. Quelques kilomètres plus loin sur la 100*100  voies (hum la bas il y en a dans tous les sens), je me remets en tête que j’ai pas mon permis sur moi. Moment de panique *merdeuuuuuhhhhhh*, bon il reste un gros 1/4 d’heure de voiture. Reste qu’à prier tous les saints de pas tomber sur la police. Fort heureusement ça n’arrivera pas. Nous entrons sur le parking de l’Animal Kingdom Lodges, je gare la voiture, et là gros moment de solitude… Impossible de retirer la clé du contact… La méga honte… On essaie tout, mais rien y fait…On veut pas forcer non plus et tout péter… Là Jerem’ prend son courage à 4 mains (et moi je me planque rouge de honte) pour demander à un autre guest comment on débloque la voiture… Et le monsieur nous explique qu’il faut mettre le levier sur une position précise (ptain pourquoi personne nous l’a dit et qu’on trouve pas ça sur le net tiens ?).

On repasse au check in pour récupérer un coupon parking gratuit pour EPCOT, on récupère nos valises (purée le coffre est vaste en fait, tout passe à l’aise dedans) et c’est parti pour EPCOT !

Nous arrivons tardivement (heureusement notre réservation au Tepan Edo est tard), du coup nous sommes très loin de l’entrée du parc… Je photographie la plaque (histoire de repérer notre voiture au milieu des milliers d’autres).

Sans nous presser nous rejoignons notre dernier restaurant du séjour tout en faisant quelques rencontres sympathiques (Stitch, Max, Suzy…).

Nous voici déjà au cœur du pavillon Japonais. Avec un tout petit peu d’avance, nous faisons donc un tour du pavillon histoire de s’occuper un bout, on prend notre temps, aucune envie de courir les attractions..

Puis nous nous dirigeons enfin au Teppan Edo.

Teppan Edo – Pavillon Japonais

On nous demande si nous voulons juste des sushis ou un repas complet. Repas complet off course. On nous place donc à une table de 8 autour d’une plaque chauffante et une serveuse prend nos commandes. Nous prenons un cocktail chacun (super bon mais je sais plus à quoi lol). Pour moi ce sera en plat Crevettes ‘Ebi’ (what else?) et Jerem’ poulet ‘Tori’. C’est à ce moment là qu’arrive l’attraction du restaurant : le chef (enfin la) qui va nous faire notre repas sous nos yeux. Bien que tenaillés par la faim nous sommes impressionnés par le spectacle se déroulant sous nos yeux. Et après dégustation c’est tout simplement excellent. Cuisson parfaite, fraîcheur des aliments, du goût. Bref notre coup de cœur. EPCOT renferme définitivement les meilleurs restaux ! Après ce copieux repas mais sain et digeste nous réglons et avons en souvenir un bel origami. Le menu ici.

Avis : Coup de coeur !

Remarque : l’investissement vaut la peine !

Une fois sortis, nous nous baladons tranquillement sur les parcs pour profiter de nos derniers moments. Nous ferons la connaissance d’un formidable photographe « Louis Martin » marseillais d’origine expat’ depuis quelques décennies à WDW avec qui nous discutons un long moment.

Nous prenons le temps de refaire une dernière fois Soarin’ et SpaceShip Earth puis vient l’heure du grand départ. Nous disons au revoir à WDW… Enfin non pas tout de suite, faut retrouver la voiture… hé bé on a bien galéré… on pensait pas être si loin.. Ce coup-ci on est paré, GPS armé direction Crystal River au nord d’Orlando histoire de se mettre au vert et voir les lamentins.

1h50 de route de nuit plus tard (vouahhh c’est bôôô), et un arrêt au MacDo (dégueu) en chemin nous voici arrivés à destination. Notre premier hôtel Plantation Inn nous tend les bras. Nous nous jetons avec bonheur au fond du lit pour prendre un bout de repos.

A suivre..

Notre premier réflexe arrivé sur le parc, au vue du monde plus important que lors de notre dernière visite est d’aller chercher des Fast Pass pour Expedition Everest (oui le Yeti nous manque déjà).

Tout au long du parc nous croisons des CM qui partagent leurs connaissances sur les animaux qui peuplent plus ou moins naturellement le parc (ici un hibou qui prend part plus tard au spectacle des oiseaux).

Nous croisons aussi des représentants d’une espèce bizarre, au départ nous ne comprenions pas la raison d’un tel attroupement pour un mur végétal jusqu’à ce que celui-ci, enfin celle-ci se mette en marche.

Nous remontons le long du parc pour aller voir le spectacle de Camp Minnie-Mickey : The Festival Of The Lion King. Nous croisons en chemin deux trois personnages et ayant un peu de temps avant la représentation nous jouons avec plaisir les mannequins auprès de Daisy, Tic&Tac, Pocahontas ou encore Frère Ours.

Le temps presse nous nous ruons dans la salle circulaire du Festival Of The Lion King.

Festival Of the Lion King – Camp Mickey-Minnie

Ce spectacle musical est pour moi le plus abouti de tous ceux présentés sur le parc (peut être parce que je suis fan du film ?). Il mêle avec brio danse, chant et acrobaties le tout sous l’oeil bienveillant de quatre énormes chars représentant divers personnages du film. Le début du spectacle (avant l’arrivée proprement dite des artistes) est rondement menée avec un très bon chauffeur de salle. Les artistes sont doués, on ne décroche pas une minute, par contre on a du mal à refermer la bouche, au vu de certaines performances (faut voir les voix de certains !). Bref un must do !

Avis : coup de coeur !

Remarque : une bonne grosse demi-heure de pur bonheur !

   

De belles images plein la tête, nous rebroussons (une fois n’est pas coutume) chemin. Les Fast Pass c’est très utile, certes mais bonjour les aller retour. En effet, la fenêtre FP s’ouvre déjà. On a à peine le temps de saluer nos proches cousins sur le chemin qu’on s’en envoie déjà plein la tête avec l’ascension à pleine vitesse en avant puis en arrière de l’Himalaya (avis ici).

Nous récupérons en sortie de l’attraction un petit souvenir de celle-ci -yes we did it ! Puis histoire de marcher encore plus (à cœur vaillant, rien d’impossible) nous partons de l’Asie rejoindre l’Afrique pour des FP pour le Kilimandjaro safari. La fenêtre de retour est très tardive (17h). Pas de souci, nombre d’autres expériences plus funs (or not) les unes que les autres nous attendent. A commencer par le spectacle Finding Nemo – The Musical.

Finding Nemo – The Musical – Dinoland U.S.A

Pour la peine, il est très mal nommé. Donné le titre de Musical à un spectacle qui  nous assène une voix stridente (celle de Nemo) tout du long, merci l’expérience. Hormis ce léger (énorme hum!) désagrément, le spectacle est sympathique et mignon même si quelque peu longuet. A voir (mais si vous devez le louper, il n’y aura pas mort d’homme).

Avis : ++

Remarque : boules quiès conseillées pour écouter Némo.

Le spectacle terminé, nous allons grignoter un bout puis direction Kilimandjaro Safari. Les expériences sont profondément différentes d’un jour à l’autre. Nous ne verrons pas le roi des lieux (on s’en fiche on l’a vue quelques heures auparavant dans sa comédie musicale, l’a qu’à bouder le vrai tant pis pour lui il n’aura pas l’inestimable honneur d’apparaître en photo ici ! Gniark! hum *_*) mais nous ferons face à nombre de ses colocataires.

Le safari terminé, nous prenons le temps de nous immerger dans la beauté des lieux, en profitons pour faire quelques boutiques, puis quittons à grand regret ce magnifique parc, que nous ne retrouverons pas avant de longues années. Au Revoir l’Animal Kingdom et retour à l’hôtel.

Ce coup-ci il fait encore relativement jour et de la terrasse nous assistons à la course effrénée d’un girafon et passons de longues minutes sur celle-ci entre détente et contemplation.  Quel spectacle !

A la nuit tombée, nous prenons une fois encore prendre notre repas au FF du coin (dégusté once again dans la chambre). La nuit tombe, nous ne sommes guère fatigués. Il est temps d’explorer l’hôtel (de nuit), de baver devant les magnifiques piscines et jacuzzi (trop frileuse je laisserai Jerem’ tester la magnifique piscine seul), et de se reposer sur les rocking chair d’une belle terrasse surplombant la savane.

Il commence à se faire tard, nous rentrons plier nos bagages, car ceci est la dernière nuit à Walt Disney World *méga loose* Demain soir nous serons à quelques centaines de kilomètres de ce lieu magique. Snifouille.

A suivre,