Tag Archive: frontierland


En cette journée d’Halloween, cet article était tout indiqué pour fêter comme il se doit la fin de l’année celtique, et l’avènement au cours de cette longue et effrayante nuit des fantômes, sorcières et autres squelettes.

Une fois n’est pas coutume, nous avons planifié un mini-séjour sur Disneyland Paris pour fêter Halloween en compagnie de nos acolytes lyonnais (ou non). Merci la sncf et ouigo qui nous permettent de venir trois fois plus souvent et dépenser trois fois plus d’argent à DLP grâce à leur train au prix imbattable de 20€ l’aller-retour.

Voici un état des lieux de notre quatrième Halloween (en cinq ans de visites assidues à Disneyland Paris). Un bilan comme l’année précédente mi-figue mi-raisin comme vous pourrez le voir.

Commençons par la partie qui fâche, une fois encore seul le Disneyland Park est concerné par les festivités d’Halloween, les Studios sont complètement oubliés et de façon encore plus flagrante cette année vu que même la soirée spéciale très orientée adultes « Terrorific Night » n’a pas été reconduite.

Concentrons nous donc sur le Disneyland Park ou tout du moins sur Main Street USA et Frontierland vu que seuls ces deux lands sont concernés par la re-thématisation (oui faut pas pousser mémé dans les orties, un peu moins de la moitié du parc c’est déjà pas mal).

Comme l’année dernière l’article sera décliné en trois parties : les décorations, les spectacles et les photolocations.

Les décors

Comme l’année dernière nous retrouvons les décors Halloween/Automnesques sur Main Street USA et sur l’entrée de Frontierland.

Le blason du 20 ème anniversaire sur la gare a été fort judicieusement remplacé par une banderole Happy Halloween et une citrouille en forme de tête de Mickey.IMG_6376

Les décors sont plus nombreux notamment sur Main Street USA, avec l’adjonction de nouveaux fantômes des habitants de Main Street, de pas mal de citrouilles et de chats noirs. L’ambiance sonore est toujours aussi sympa. Les Main Street Vehicles sont tous décorés également comme l’année précédente.

IMG_6391

IMG_6398

Sur le HUB Daisy et Pluto rejoignent Mickey, Minnie, Donald et Dingo. Ajout intelligent.

IMG_6426

IMG_6423

Concernant Frontierland, à l’instar de l’année précédente, seule l’entrée du land et la partie vers Phantom Manor sont thématisée. De même que pour Main Street USA, plus de pumpkins Men/Womens et une photolocation de Jack et Sally qui prend de l’ampleur.

IMG_6443

L’incompréhension reste tout de même vivace pour le fond de Frontierland, tellement vide qu’il semble abandonné et laissé à tous vents. Pourquoi ne pas utiliser les lieux en mettant en place d’autres photolocations avec les pumpkin men ou d’autres personnages en version Halloween ?

Les photolocations

Quelques nouveautés depuis l’année dernière. La photolocation Bonbons Dingo sur Main Street USA reprend ses quartiers tout comme celle des méchants Disney dans la cours du château.

IMG_6506

Nous retrouvons également vers City Hall la photolocation de Duffy qui passe en mode « Booh » également et revêt son costume de citrouille pour l’occasion.

IMG_6456

Un peu plus loin à proximité du HUB ce n’est pas une photolocation en sus de l’année dernière que l’on retrouve mais un remplacement. En effet, Winnie et son costume d’abeille sont mis à la retraite pour mieux être remplacé par l’atelier couture de Minnie qui est juste magnifique (et pris d’assaut dès les premières lueurs du jour). Costume de Minnie superbe, décor sympa. Le top avec l’atelier bonbon de Dingo, on a hâte de voir les prochains ateliers.

IMG_6420

IMG_6417

Cette année nous retrouvons comme dit précédemment la photolocation de Jack et Sally a proximité de Phantom Manor. Celle-ci gagne par rapport à l’année dernière sa fontaine et un parasol thématisé. Par contre carton rouge pour un second parasol vert bien affreux qui au mieux sert à rien et au pire dépare complètement sur la photolocation. Quand on fait quelque chose de qualité c’est vraiment dommage de gâcher les lieux avec le non souci du détail.

IMG_6446

IMG_6451

Après les photolocations passons aux sujets qui « fâchent ».

Les spectacles

L’ année dernière nous faisions cette constatation :

Bon disons qu’en terme de spectacles, hors soirée spéciales c’est un peu la déception. Jeudi, on a eu de programmés, deux fanfares et un spectacle. Un peu « just » pour une saison d’Halloween. Mais bon nous avons dû nous en contenter.

Cette année que dire ? Le spectacle Mickey et sa surprise-party d’Halloween est tout bonnement annulé cette année. Les fanfares ? Sur les 4 de programmées soit on a eu une super poisse soit la ponctualité chez Disney n’est pas le point fort. En effet, sur les horaires proposés sur le programme, nous n’avons pas croisé un seul groupe et pourtant nous avons attendu jusqu’à 20 minutes pour certaines fanfares.

Nous nous sommes donc contentés par deux fois du seul spectacle vivant qui passait à l’heure : la Célébration Halloween de Mickey.

Et là pour le coup la firme aux grandes oreilles à fait très fort. J’avais de fort doutes sur la capacité de Disney à refaire des spectacles de qualité depuis le massacre de la Disney Once Upon a Dream Parade et là j’ai juste été scotchée. En effet, la Célébration Halloween de Mickey (cavalcade/parade remplaçant le Train des personnages) est juste une parfaite réussite. Deux chars très bien fichus (corne d’abondance + charrette), des costumes fantastiques, des personnages très rares (Riri, Fifi, Loulou, Picsou), un grand nombre de danseurs et une musique qui donne juste envie de sauter en même temps que les CM. On a juste A-DO-RE. Et nous sommes d’autant plus enchantés que cette parade est amenée à évoluer et à s’agrandir au fil des années, donc le meilleur est à venir ! Un gros plus de la saison et qui nous permet de mieux digérer la disparition du spectacle de Mickey et sa surprise-party d’Halloween.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voici notre vidéo de la célébration magique de Mickey :

Bilan :

Une décoration magnifique sur Main Street et immersive qui s’étoffe d’année en année, des photolocations pas plus nombreuses mais de meilleure qualité, une cavalcade géniallissime qui va s’étoffer au cours des années. Que dire si ce n’est que l’on ne peut qu’être optimistes pour le futur de la saison d’Halloween si Disneyland Paris poursuit ses efforts. Attention par contre à ne pas trop laisser à l’abandon les spectacles vivants. En effet, un petit moment de pause de vingt minutes dans une salle au chaud (suivez mon regard) pour voir un spectacle vivant ne serait pas négligeable non seulement pour vider un peu les files d’attente et aussi pour permettre de souffler dans la journée. L’expérience à Disneyland Paris ne se limitant pas à la course aux attractions, notamment pour les plus jeunes, un spectacle « interactif » dans la veine de l’année dernière ne serait pas négligeable pour les années à venir.

Frontierland. It is here that we experience the story of our country’s past. The color, romance and drama of frontier America as it developed from wilderness trails to roads, riverboats, railroads and civilization. A tribute to the faith, courage and ingenuity of our hearty pioneers who blaze the trails and made this progress possible.
—Walter E. Disney, July 17, 1955
IMG_0204
Présent dès l’ouverture du parc en 1955, Frontierland représente la vision de Walt E. Disney et de son équipe concernant le passé des États-Unis, de la conquête des territoires, et un hommage aux pionniers.
Plus grand au départ, avant que Critter Country ne viennent grignoter des bouts de celui-ci, le land ne contenait que peu d’attractions mais plutôt comme un land de découverte via des sentiers, des véhicules ou à dos de mule.
Reconnaissons tout de même, que bien que celui-ci ait pas mal évolué, on a l’impression d’avoir vécu ce land comme dans les années 50, la faute à la poisse que nous véhiculons depuis 2012 et la Floride. En effet, nous avons bouclé la boucle, après le Big Thunder Mountain Railroad du Magic Kingdom fermé pour réhabilitation complète de 6 mois en 2012, nous tombons sur celle de Californie. Donc pas de « train de la mine locale », nous ne pouvons toujours pas comparer la version française aux deux américaines (bon ça motive toujours pour un autre voyage).
Nous découvrons donc le land, sans trop en attendre, vu que nous savons dès le départ, que celui-ci sera particulièrement « vide ».
Le long des Rivers of America, le land est relativement calme, vu l’absence de must do. Nous commençons par la première attractions qui vient et qui ne fonctionne que les week ends : Sailing Ship Columbia.

Sailing Ship Columbia

Ce voilier (construit en 1958), réplique à l’échelle du Columbia Rediviva, premier voilier américain à avoir fait le tour du Globe, nous permet à l’instar du Molly Brown et du Mark Twain parisien de faire le tour des Rivers of America. La ballade d’une grosse dizaine de minutes est très très agréable sur ce voilier, il y a tellement de choses à voir sur celui-ci – a contrario du Mark Twain Riverboat qui nous semble au final « commun » ayant eu l’habitude de l’emprunter régulièrement en France. Nous avons eu la bonne idée de le faire en week-end, en effet celui-ci ne véhicule pas les guests en semaine.

A noter que le Sailing Ship Columbia tout comme le Mark Twain sont parties prenantes du spectacle de Fantasmic! joué en nocturne une grande partie de l’année dans le parc.

Je ne reviendrais pas sur les paysages qui nous font face tout au long de la ballade vu que ce sont les mêmes que sur les Davy Crockett’s Explorer Canoes.

Avis : +++ (personnellement j’étais comme une enfant des étoiles plein les yeux sur ce magnifique voilier)

Remarque : si vous êtes sur les parcs en week-end ne le ratez pas !

Mark Twain Riverboat

Présent dès l’ouverture, ce bateau à vapeur caractéristique de ceux que l’on retrouve(-ait) sur les bords du Mississippi permet à l’instar des Davy Crockett’s Explorer Canoes et de Sailing Ship Columbia de faire le tour des Rivers or America en toute tranquillité. Pouvant s’installer sur les trois niveaux, celui-ci est d’une qualité impeccable (quand on pense que son jumeau parisien est en train de pourrir dans une cale sèche à l’abri des regards des visiteurs). Le point très positif sont les chaises posées à la proue du bateau qui permet de profiter de la ballade tout en prenant un peu de repos.

http://disneyparks.disney.go.com

Avis : ++

Remarque : si vous avez le choix entre le Mark Twain et le Sailing Ship Columbia n’hésitez pas à attendre pour prendre le second.

Après avoir contemplé, recontemplé et surcontemplé ces Rivers of America, il est plus que temps d’aller faire un tour sur l’îlot central qui se trouve être Pirate’s Lair on Tom Sawyer Island.

Pirate’s Lair on Tom Sawyer Island

IMG_0092

Nous accédons à l’île de la même manière qu’en Floride (oui les lieux sont jumeaux) via de petites embarcations (type bac) qui font des aller-retours entre Frontierland et l’île tout au long de la journée. Honnêtement par gros manque de volonté (et la présence de nombreux gamins très bruyants) nous avons opté pour un repli stratégique à l’arrière du Fort Wilderness pour prendre un peu le frais et le calme (et récupérer lors de la troisième journée de notre fatigue).

IMG_0594

Nous passerons sur le fait, que ça en fait un lieu propice à la somnolence voire à la sieste (hum). Aucun regrets de ne pas l’avoir visitée plus en avant tellement celle-ci est semblable à l’île de Walt Disney World.

Avis : ++

Remarque : zone de calme pour repos mérité.

La dernière attraction des lieux se trouve confinée tout au bout de Frontierland.

Big Thunder Ranch

IMG_0592

Plus une zone cumulant des points particuliers qu’une attraction en elle-même, ici nous retrouvons toute une conception du ranch. Entre une zone où l’on peut accéder à une « mini-ferme » où l’on retrouve des chèvres, des poules et nombre d’animaux de la ferme, un espace « couvert » composé de tables en bois qui font face à une scène où se produisent des artistes de country, la présence des personnages en costume western (big 5 plus Woody & Jessie de Toy Story), une zone de restauration.

Nous avons apprécié nous y arrêter une poignée de minutes pour profiter de l’ambiance, tout en étant dans une zone calme du parc et donc peu fréquentée. Attablés à proximité de la scène, nous avons découverts des musiciens très motivés, des numéros sympas, les personnages passant parmi nous (et pour certains faisant les quatre-cents coups avec les enfants). Un moment de détente top.

Avis : +++

Remarque : à faire mais pas indispensable si vous ne disposez que d’un temps réduit sur les parcs.

@ suivre, Fantasyland

 » To all who come to this happy place – welcome. Disneyland is your land. Here age relives fond memories of the past and here youth may savor the challenge and promise of the future. Disneyland is dedicated to the ideals, dreams and the hard facts that have created America… with the hope that it will be a source of joy and inspiration to all the world. » – Walter E. Disney, July 17, 1955 4:43 pm

Seul parc conçu et connu par Walt E. Disney, Disneyland ouvre ses portes le 17 juillet 1955. D’une surface de 37 hectares, il se révèle être le plus petit Magic Kingdom de la société.

Le parc entouré du Disneyland Railroad (pourvu de quatre arrêts), se compose de cinq lands originels et de trois lands créés au cours des décennies suivantes.

A l’entrée du parc nous retrouvons Main Street, USA,  l’évocation d’une ville américaine en pleine croissance du début du XXème siècle qui nous mène tout droit au château de la Belle au Bois Dormant. Tout autour du château rayonnent les différents lands, d’Adventureland (une version romancée des zones tropicales) à Frontierland (une version idéalisée des villes du Far West) en passant par Fantasyland (un mélange entre un carnaval médiéval, un village alpin et des bâtiments de style architectural Tudor) et Tomorrowland (une vision rêvée du futur des années 1950).

Les trois lands créés par la suite sont New Orleans Square qui reprend les détails architecturaux de la Nouvelle-Orléans, Critter Country anciennement Bear Country rendant hommage aux Rocheuses (chaîne de montagne américaine) et Mickey’s Toontown, une mini-ville associant les maisons du big five Disney (Mickey, Minnie, Pluto, Dingo, Donald) au monde de Roger Rabbit.

Une quinzaine d’attractions présentes à l’inauguration du parc en 1955 sont encore en activité parmi la cinquantaine d’attractions actuellement disponibles sur le parc.

  • Main Street, USA

« For those of us who remember the carefree time it recreates, Main Street will bring back happy memories. For younger visitors, it is an adventure in turning back the calendar to the days of grandfather’s youth.» Walt E. Disney

Main Street, USA est basée sur le stéréotype de la rue principale d’une ville américaine du début XXe siècle. C’est un mélange entre le souvenir qu’avait Walt E. Disney de la petite ville de Marceline dans le Missouri où il vécut enfant et la ville de Fort Collins dans le Colorado, village d’enfance de Harper Goff, le directeur artistique de ce land et auteur de nombreux dessins préparatoires.

Le land en tant que land d’entrée sur les parcs contient quasi exclusivement des espaces de restauration et des boutiques et est le seul land sans attraction permanente, lieux d’exposition mis à part.

Nous rentrons sur le parc et donc sur Main Street, USA en passant sous la gare du Disneyland Railroad.

IMG_0527

Gare de Main Street, USA

Gare de Main Street, USA

Sur la place située à cette entrée, Town Square, nous n’y retrouvons pas un kiosque comme à Disneyland Paris mais un mât sur lequel flotte le drapeau américain et le drapeau Californien, ce qui nous donne le droit d’assister toutes les fins d’après-midi à la cérémonie émouvante de la descente du drapeau au rythme de l’hymne américain :

IMG_0191

On retrouve également sur Town Square des canons utilisés par l’armée française en 1800.

IMG_0188

Comme en France, Town Square est entouré du City Hall qui occupe la même fonction d’accueil et de renseignement des visiteurs qui est mitoyen de la caserne des pompiers au dessus de laquelle se trouve l’ancien appartement privé de Walt E. Disney conservé en l’état, à la fenêtre duquel une lampe reste en permanence allumée en sa mémoire.

City Hall

City Hall

IMG_0624

Appartement de W.E. Disney au dessus de la caserne.

De l’autre côté de Town Square se trouve l’opéra qui abrite une exposition et l’attraction Greats Moments with Mr. Lincoln.

Sur Town Square il est possible comme en France de monter à bord d’un des Main Street Vehicles (nous n’en aurons pas fait l’expérience) avec au choix : une voiture de pompier, une calèche ou un omnibus qui mènent directement au bout de Main Street devant le château.

Greats Moments with Mr. Lincoln

Le bâtiment abrite en premier lieu une exposition retraçant l’histoire de Disney avec des illustrations et des souvenirs marquant l’évolution du parc notamment une miniature représentant le parc à son ouverture en 1955. Derrière le musée, se trouve une magnifique salle de théâtre précédée par une pièce où l’on retrouve une incroyable miniature du Capitole. Dans cette salle, après un court film retraçant l’histoire américaine, un audio animatronique d’Abraham Lincoln prend la parole pour nous délivrer une partie de ses discours qu’il a réellement tenu au cours de sa vie. L’audio-animatronique est juste saisissant de réalisme, et le moment est particulièrement émouvant. Personnellement j’ai juste adoré.

IMG_0621

Reproduction du Capitole

Avis : +++

Remarque : extrêmement patriotique, destiné avant tout aux personnes comprenant bien l’anglais. L’exposition est à voir de tous.

La rue principale bordée de boutiques et de restaurants, se compose notamment de l’Emporium (existant également à Disneyland Paris) sur sa gauche, qui se trouve être la boutique la plus grande du parc. De l’autre côté de la rue, on retrouve une boutique de photographie hébergeant un musée et le cinéma Main Street Cinema qui présente en continu les  premiers courts métrages de Walt E.Disney.

Emporium

Emporium

Main Street Cinema

Le Main Street Cinema représente un petit théâtre classique, avec un mannequin à l’entrée en guise de guichetière. A l’intérieur de celui-ci on retrouve six petits écrans sur lesquels sont projetés en continu les premiers courts métrages de Mickey, cinq muets (Plane Crazy – 1928, The Moose Hunt – 1931, Traffic Troubles – 1931, The Dognapper – 1934 et Mickey’s Polo Team – 1936) et le très connu Steamboat Willie (premier court métrage disposant du son sorti en 1928).

IMG_0616 IMG_0617

Le lieu est juste très sympa pour s’octroyer une pause au calme et au frais en court de journée, celui-ci étant peu fréquenté et permet la (re)découverte de courts métrages vraiment sympathiques.

Avis : ++

Remarque : A faire si on a du temps mais pas indispensable.

La rue débouche sur Central Plaza (appelé également Hub) et le château de la Belle au Bois Dormant, Central Plaza étant le portail d’accès aux cinq lands présents à l’ouverture du parc. On retrouve sur Central Plaza la statue « Partners » créée par Blaine Gibson (ajoutée en 1993) et représentant Walt E. Disney tenant la main à Mickey. Celle-ci est entourée par d’autres statues en bronze représentant des personnages Disney très connus (du lapin d’Alice à Donald).

IMG_0018 IMG_9954

@ suivre…