Tag Archive: splash mountain


« Where the folks are closer to the critters and the critters are closer to the folks. » Extrait du film Song of The South (1946).

Cette partie du parc n’était pas existante à l’inauguration de celui-ci en 1956. En effet, pour construire celui-ci (anciennement nommé Bear Country) dans les années 70, une partie de Frontierland dédiée aux peuples amérindiens fut supprimée au profit donc de Bear Country ayant pour thématique les forêts du Nord Ouest du Pacifique.

Jusqu’en 2001, on retrouvait l’attraction des Ours chantants Country Bear Jamboree qui nous avait beaucoup plu. Désormais le land est doté de trois attractions, deux « mineures » et une « majeure ».

IMG_0058

Autant dire que ce n’est pas la zone la plus charmante ou charismatique du coin et nous y aurons passé au final peu de temps. Entre Splash Mountain qui montre des temps d’attente dépassant l’entendement, un The Many Adventures of Winnie The Pooh à faire une seule fois vu que ce n’est qu’un dark ride mineur clairement destiné aux plus jeunes, et les David Crocket’s Explorer Canoes qui sont anecdotique, bref pas de quoi y passer sa journée.

Le land est directement attenant à New Orleans Square via la Haunted Mansion, la frontière entre les deux lands est donc difficilement distinguable, surtout qu’en pleine période de pointe, la file d’attente de Splash Mountain déborde jusqu’au barrières de Haunted Mansion (ce qui annonce un minima de 80 min d’attente).

Splash Mountain

IMG_0057

A l’instar de son homologue floridien, nous sommes transportés dans l’imaginaire de Song of the South. Première version de l’attraction représentée dans les parcs, ouverte en 1987, nous sommes donc de nouveau face à un mélange dark ride composé d’audio animatroniques et d’une partie « splash » (d’où le nom de l’attraction) où le rondin dans lequel nous embarquons glisse le long de descentes plus ou moins pentues. L’attraction est toujours très sympa à faire, mais avec la vague de chaleur lors de notre séjour, celle-ci se retrouvait très rapidement engorgée, avec des temps d’attente énorme et peu de Fast Pass disponibles. Nous l’aurons (re)faite une fois avec plaisir.

Avis : +++

Remarque : y aller tôt ou passer par le système Fast Pass pour éviter l’attente hyper longue en plein cagnard.

Nous nous enfonçons un peu plus dans le land, direction l’attraction de Winnniiiiieeee, le mignon petit ours (un peu simplet sur les bords).

The Many Adventures of Winnie The Pooh

IMG_0062

Voici donc le petit dark ride qui a remplacé le spectacle d’Audio Animatroniques Country Bear Jamboree. Nous grimpons dans un essaim transformé en véhicule pour partir à la découverte de l’Univers de Winnie. L’attraction est semblable à celle de Floride, sympathique à faire une fois, mais pas deux quand on n’est pas accompagnés de très jeunes.

Avis : ++

Nous revenons sur nos pas pour nous diriger vers la dernière attraction du land, mais une des attractions présentes depuis presque le début du parc (1956)…

Davy Crockett’s Explorer Canoes

Cette attraction est toute bête, accompagnés de deux Cast Members, nous grimpons une dizaine à la fois dans un Canoë et nous faisons le tour des Rivers of America en pagayant.

IMG_0066

Il y a très souvent peu d’attente à l’attraction et celle-ci est soumise à grosse rigolade. Entre les gens qui ne pagaient pas en même temps et qui se livrent donc à un combat involontaire de pagaie, ceux qui trempent involontairement (ou non) leur voisin, les CM qui nous motivent à ramer alors qu’ils font tout le job, plus la découverte à un autre niveau des Rivers of America (à la hauteur d’un canard) et de ses « habitants » tout ceci donne un bon moment de convivialité.

Avis : ++

Remarque : Sympa à faire mais pas indispensable.

Critter Country est donc un land qui ne paye pas de mine, mais qu’il faut tout de même voir, ne serait-ce que pour faire Splash Mountain, et prendre un peu de frais à l’ombre, le land étant pas mal ombragé.

@ suivre..

Nous entrons désormais au Far West. La petite déception du séjour est de voir rapidement que Big Thunder Mountain est entouré de palissade, car en réhabilitation pendant six mois. Nous le savions avant le départ, tant pis on se rattrapera une prochaine fois.

De notre point d’entrée via Adventureland nous tombons de suite sur Splash Mountain, personnellement j’avais un peu la trouille de le faire surtout au vu de la dernière descente.. Mais Jerem arrive à me convaincre qu’on a fait pire à Europa Park.. Soit, téméraires jusqu’au bout, nous allons prendre un Fast Pass (trop d’attente en file normale) et nous reviendrons d’ici une grosse heure. Le temps de prendre une photo de la chute *mais pourquoi je veux faire ça, suis dingue ?*

et nous nous dirigeons vers Tom Sawyer Island.

* Tom Sawyer Island

Cette petite île reprend les références au livre de Mark Twain et au personnage très  connu de Tom Sawyer. Nous ne pouvons accéder à l’île qu’au moyen de petites embarcations (où l’on se retrouve vite comme des sardines en boite dès qu’il y a un peu de monde). Un fois débarqués, nous partons à la découverte de l’île dans ses moindres recoins. Du moulin en passant par les grottes, les ponts flottants, la « forêt » et les terrasses dotées de rocking chair parfaits pour se reposer tout en regardant les peintres donner une seconde jeunesse au Mark Twain/Molly Brown local, il y a tout ce qu’il faut pour se changer les idées, loin de l’agitation des « grosses attractions ». Bref on a beaucoup aimé, surtout les rockings chairs ainsi que les vues dégagées sur Haunted Mansion !

Avis : ++

Remarque : Ballade sur une île, non accessible aux personnes en fauteuils.

Après quelques minutes de repos mérités, il est temps de reprendre les embarcations pour aller utiliser nos FP à Splash Mountain, même si les minutes avançant je suis de moins en moins rassurés. Une fois dans la file je n’ai plus le choix.. Allez y, bon gré malgré…

* Splash Mountain

Basé sur le film « Mélodie du Sud » nous embarquons à bord de troncs d’arbre, pour défiler à travers différentes scènes où l’on retrouve les aventures de Frère Lapin. Un petit encart nous préviens avant même la montée dans le rondin « you may get wet » avec un frère lapin tout mouillu en guise de dessin… rassurant, tout comme les deux personnes derrière nous en k-way. Mais bon on est des warriors comme deux autres jeunes et on le fera en pantalon/tshirt et rien de plus. Lorsque le rondin se lance, on traverse des tableaux tous plus jolis les uns que les autres. Même si nous ne connaissons pas du tout l’histoire, tout est tellement joli et bien réalisé qu’on est tout de suite immergé dedans. Juste la petite trouille de la fameuse chute de  17,5 m (cinq étage). Zip-A-Dee-Doo-Dah no stress, Zip A Dee Doo Yeah… mamamia… Finalement les yeux fermés et en hurlant bien fort, la chute se passe pas si mal, même si on ressemble bien au frère lapin de l’affiche.. Lunettes embuées, et pantalon trempé le reste ça va. J’aurais préféré l’inverse un jean ça met des plombes à sécher.. Fin bref. Au sortir de cette attraction que dire hormis méga coup de coeur et à refaire au plus vite ! On a adoré !

Avis : coup de coeur

Remarque : FP disponible, attendez-vous à être mouillés, taille minimale de 1m02 et donc restrictions pour les personnes souffrant de soucis physiques particuliers.

Un petit bonus en prime qui rend bien nostalgique :

Bien que mouillés nous avançons dans l’exploration de Frontierland et nous lançons à l’attaque de Country Bear Jamboree.

* Country Bear Jamboree

Sur le  principe de l’Enchanted Tiki Room nous nous trouvons en présence d’un concert de plusieurs ours typiquement américain. Ce spectacle au charme désuet est vraiment tout sympathique. J’ai beaucoup aimé malgré la barrière de la langue qui nous empêche de saisir les subtilités des chansons. D’une durée d’une quinzaine de minutes, ce spectacle est là depuis l’ouverture du parc.

Avis : +++

Remarque : spectacle d’audioanimatronics, durée : 15 min

Après ce spectacle qui nous aura permis de nous détendre un peu, et toujours en pleine phase de séchage, nous passons par Liberty Square afin de rejoindre un autre ours : Winnie. Mais nous réalisons de nouveau un petit détour pour saluer les fantômes de Haunted Mansion (critique ici).

A suivre : Fantasyland & Tomorrowland