Archive for décembre, 2012


– Désolée d’avoir mis autant de temps à avancer ce trip report *se fouette* –

Ce matin nous nous levons relativement tôt afin d’aller visiter la Tour de Londres dès son ouverture histoire d’éviter le rush sur la salle des Bijoux de la Couronne. Après un petit déj’ gâteaux anglais-Dr Pepper rapidement avalé, nous partons en direction de l’arrêt de métro West Hampstead et sa jubilee line qui fonctionne (enfin!). En très peu de temps nous sommes à Westminster pour prendre la District Line (the green one) direction Tower Hill notre point d’arrivée. De prime abord le métro semble assez compliqué à comprendre, mais en suivant bien les panneaux et les indications et en gardant bien le plan de celui-ci (ou en en prenant un à chaque station comme nous *_*) tout se passe pas mal. Un coup de badge en entrée, un coup en sortie, les £ défilent mais nous arrivons à bon port et un petit peu en avance, la Tour de Londres n’ouvrant qu’à 10 a.m. Avant de descendre jusqu’à la Tour de Londres proprement dite nous nous calons quelques instants sur un promontoire situé face à la Tour de Londres (juste à la sortie du métro) où l’on retrouve également un cadran solaire gigantesque sur lequel est indiqué tous les faits marquants de l’histoire de Londres depuis la construction de la Tour de Londres en 1066. De ce point nous avons non seulement une vue magnifique sur la Tour de Londres, mais également sur les bâtiments de la City.

Nous trouvons également en chemin un vestige d’une des poternes médiévales de Tower Hill (large porte médiévale donnant accès à la Cité) découvert lors de la construction du passage souterrain de Tower Hill.

IMG_7800

La Tour de Londres est un des monuments emblématiques de la ville (au même titre que les Houses of Parliament, Big Ben etc..). Contrairement à ce que son nom laisse penser ce n’est pas une simple tour mais une forteresse qui a été construite et développée au cours du temps.  En 1066, le Duc de Normandie, réclame le trône d’Angleterre laissé vacant à la mort d’Edouard le Confesseur. Une guerre découle de cette demande, et Guillaume grand vainqueur de celle-ci, pour appuyer son autorité lancera la construction d’une immense forteresse imprenable : la Tour de Londres. Tour à tour lieu de résidence de monarques, lieu d’emprisonnement, armurerie, trésorerie, ménagerie, la Tour de Londres s’est agrandie sous l’égide de plusieurs rois notamment Richard Ier, Henri III et Edouard Ier aux XII et XIIIeme siècle.  Malgré les changements de fonction au cours des siècles, le plan des lieux n’a que peu changé depuis le XIII ème siècle.

Actuellement la majeur partie des lieux est visible moyennant la paiement du prix d’entrée (24€/adulte sur expedia suivant le cours £/€).
L’achat par Expedia des billets d’entrées comporte deux atouts, tout d’abord payer en € et en avance sur le net ce qui évite les frais de change et de banque. Secundo, l’impression d’un voucher permet d’éviter la file d’attente au guichet et de se présenter au comptoir de l’accueil groupe pour récupérer ses billets d’entrées et un plan des lieux(comptoir où il n’y a jamais ou presque personne).
Une fois nos billets en main nous nous présentons à l’entrée, où une fouille sommaire de notre sac est effectuée. Nous rencontrons la nos premiers beefeaters, gardes de la Tour de Londres avec leur magnifique costume noir et rouge et leur chapeau.

Une fois la fouille passée, nous entrons dans la Tour de Londres à proprement parler. Nombre de touristes attendent la visite guidée réalisée par un des beefeater. Je prends mon air de chien battu pour essayer de soudoyer Jerem’ pour la faire, mais celui-ci se braque, il ne comprend pas assez bien l’anglais selon lui et ne veut pas avoir à écouter le récit de meurtres atroces par un beefeater. Bref nous visiterons les lieux par nous-mêmes (et sans audioguide, je me refuse d’avoir l’air aussi idiot que les autres avec leur espèces de téléphone portable collé à l’oreille pour écouter les explications). On se contentera de tous les panneaux explicatifs et en anglais (gniark) pour comprendre l’histoire des lieux.

Histoire de ne rien louper en chemin nous commençons par la première partie accessible en arrivant : The Medieval Palace and Wall Walks.

1. The Medieval Palace and Wall Walks.

Comme son nom l’indique, nous allons visiter ici le palais médiéval et faire le tour des lieux sur le haut des remparts. Ouverts depuis 2006, la partie des Palais Médiévaux reconstitue la chambre, la salle du trône et la chapelle des anciens maitres des lieux avec explications des matériaux utilisés. Le sol est en bois et certaines parties des lieux sont d’origine.

Nombre d’explication à la clé et sujet très intéressant. Nous débouchons suite à cette visite sur les remparts qui nous donnent une vue très sympa sur la Tour Blanche mais aussi sur la Tamise, le London Bridge et la City.

Nous entrons désormais dans la Lanthorn Tower érigée entre 1220 et 1238 qui aurait servis comme lieux de résidence privé au Roi présente tout un lot d’objets du quotidien de l’époque, de très beaux ouvrages très bien conservés.

IMG_7844

 De court remparts séparent la Lanthorn Tower de la Salt Tower qui servit entre autres au stockage de denrées, mais aussi à l’emprisonnement de personnages célèbres (enfin peu célèbres pour nous petits frenchies). A l’intérieur de celles-ci nous retrouvons sur les murs des graffitis réalisés par ces prisonniers.

IMG_7852

Par la suite nous trouvons sur notre route the Broad Arrow Tower qui fut utilisée dans un premier temps comme tour de garde, puis lieu de stockage de biens de valeurs, avant de devenir un lieu d’emprisonnement. Désormais cette tour permet de découvrir le fonctionnement de la tour et la présence des soldats se révélant être une véritable machine de guerre.

De courts remparts puis une nouvelle tour, la Martin Tower (1240) utilisée au 17ème siècle pour contenir les joyaux de la Couronne, on y retrouve désormais des explications sur la conceptions des couronnes et la présence de certains joyaux et certaines couronnes.

2. Royal Beasts

Qui dit Tour Royale dit ménagerie Royale. En effet, les Rois très fortunés se voyaient offrir des animaux plus ou moins exotiques par d’autres royaumes, et lesdites bêtes se retrouvaient donc enfermées à la Tour de Londres. Dès 1210 et pendant plus de six cents ans, lions, singes, ours, chiens et autres bestioles ont donc animé la Tour de Londres, tour à tour source d’amusements (parfois gore dans le genre, on laisse un ours, un lion et un chien ensemble lequel survit ? pouarg) ou de visite ludique, quitte à créer des évènements tragiques (à trop laisser les prédateurs libres, des humains s’y sont fait croquer). Pour éviter de nouveaux désagrément au XIXè les derniers animaux furent transférés au Zoo de Londres.. Intéressant à voir, très didactique pour les plus jeunes (jeux à la clé), c’est à passer mais bon pas nécessaire si on est pressé par le temps. A noter les statues de certains animaux à taille réelle tout au long de la visite réalisées par Kendra Haste.

IMG_7860

Nous redescendons enfin sur le plancher des vaches, histoires de se poser quelques instants au soleil et prendre un peu de chaleur (mine de rien il fait frisquet dans cette succession de Tours). Le temps de croiser un beefeater en grande conversation avec une touriste, et un garde faisant les cents pas à proximité de l’exposition des bijoux royaux. La cour est calme, paisible…

3. Crown Jewels

Après ces quelques instants de calme, nous nous orientons vers le bâtiment exposant les Joyaux de la Couronne (photo interdites bien sûr). Que dire, des centaines de diamants, de joyaux, des bijoux qui étincellent, enfermés derrières des portes blindées type coffre fort qui font trois fois mon épaisseur facile, on voit que la derrière, il y a une partie de la fortune royale, et certains des plus gros diamants existants. Un véritable trésor est donc contenu dans cette forteresse. N’importe quelle fille (vénale or not) aimerait devenir reine rien que pour porter de tels joyaux. Visite courte et blindée notamment dans la partie où se trouvent les plus jolies couronnes.

Après nous être laissé impressionné par l’argent de la monarchie britannique redescendons donc sur terre et allons dans une partie glauque des lieux…

4. Bloody Tower

Lieu d’emprisonnement (encore) mais surtout le lieu où les deux jeunes princes furent tués au XVIIème siècle. L’histoire de ces deux princes nous est contée dans cette tour, et à la manière d’un Sherlock nous devons déterminer qui des deux suspects les auraient tués, le tout en « votant » sur un panneau interactif.

Nous finissons la ballade des lieux par l’imposant monument situé pile au milieu de la Tour de Londres…

5. White Tower

Pour de nombreuses personne la Tour de Londres est la Tour Blanche. Que Nenni, la Tour Blanche n’étant qu’une partie de la Tour de Londres (comme Big Ben qui n’est qu’une partie -la cloche- de l’Elizabeth Tower). Construite en 1078 par Guillaume le Conquérant (excusez du peu), ce donjon a été un palais royal et une forteresse pendant presque un demi-siècle. Ici nous retrouvons tout simplement l’évolution des armes au cours des siècles avec des centaines d’objets, de l’armure complète au bouclier en passant par des armes plus exotiques… Vraiment super sympa à voir ! Nous avons beaucoup aimé !

IMG_7906

IMG_7910

Nous finissons notre visite par The Fusilier Museum.

6. The Fusilier Museum

The Fusilier Museum raconte l’histoire du régiment britannique formé en 1685 formé par le roi James II jusqu’à aujourd’hui (notamment les paquetages -très lourds- des militaires anglais actuels). Très intéressant à voir/lire avec de nombreuses pièces de collection, j’ai pour ma part beaucoup aimé.

Après une grosse demi-journée passée dans l’histoire britannique au travers de la Tour de Londres, nous sortons de ce lieu magnifique pour arpenter de nouveaux la ville sur de longs kilomètres… A suivre !

La fin de l’année approche, les festivités de Noël ne sont plus très loin, chacun commence à monter qui son sapin, qui ses décorations extérieures pour en mettre plein les mirettes aux autres. Dans la même veine, la ville de Lyon se pare de ses plus belles couleurs et lumières pour célébrer son incontournable Fête des Lumières. Désormais mondialement connu, pendant 4 jours, les lieux les plus emblématiques de la ville, mais également des lieux plus confidentiels se parent de leurs plus beaux atours (ou pas). Synonyme de centre-ville blindé pour les résidents et de prise de tête carabinée, elle n’en demeure pas moins une très belle fête. Voici un petit retour en images sur les festivités, que nous avons réalisé sous la thématique « le marathon des Lumières » et notre avis.

Ce parcours démarre en haut des pentes de la Croix-Rousse pour se terminer à Confluence. 11 kms de marche intensive pour 4h30 d’étoiles plein les yeux, de froid sibérien. Autant dire que nous n’aurons pas trouvé certaines choses (trop bien cachées certainement), et que nous aurions pu en squizzé à l’aise d’atres…

1* L’ascenseur étrange -Place de la Croix Rousse

Voici l’une des deux attractions que nous n’avons pas réussi à débusquer… Nous avons cherché assidument, mais impossible de le débusquer. Nous en avons donc profité pour flâner au marché de Noël de la Croix Rousse… Anecdotique..

IMG_9281

Nous nous lançons à la recherche des lumières Flottantes, vers l’esplanade du Gros Caillou…

2* Flotting Lights – Luisa Alvarez, Esplanade du Gros Caillou

Des bouées lumineuses fixées sur un mur, on peut appuyer dessus pour les allumer ou les éteindre… Over trépidant.. 

IMG_9286

Nous descendons au niveau de la Montée de la Grande Côte (plus sympa de la faire dans ce sens là et surtout moins fatigant) pour tomber sur l’une des jolies mise en Lumières de la Fête.

3* Les Nids, volières virtuelles –  Lucion Média, Montée de la Grande Côte

Ici dans de grandes boules de toile tendue, des projections en ombres chinoises prennent place. Très poétiques et emplacement idéal. On a juste adoré ! Ce parcours nous a permis de découvrir les pentes de la Croix Rousse et les vues surprenantes sur la ville

IMG_9294

IMG_9302

Nous rejoignons enfin le Jardin des Plantes en longeant l’amphithéâtre qui abrite un drôle de chtruc…

4* Ringz – Philippe Morvan, amphithéâtre de la Croix Rousse

Au milieu de l’amphithéâtre, un drôle de disque lumineux tourne tel une toupie… Que dire.. Mouaif sans grand intérêt..

IMG_9314

Tout proche de Ringz, de drôle d’oiseaux ont investi les arbres à proximité du Jardin des Plantes…

5* Flamingos-Pitaya

Une colonie de flamants roses se balade dans les arbres du quartier. Illumination sympathique, en tout cas nous y avons été plus sensible qu’au disque qui tourne… 

IMG_9320

Le long de la descente de la Montée de l’amphithéâtre nous retrouvons une joyeux bazar..

6*Bon Débarras ! -Petit Tonnerre, Montée de l’Amphithéâtre

Au départ nous n’étions pas certains que la présence de toutes ces lampes déposées à même le sol tel un vide grenier correspondait à l’attraction en question. Nous avons confirmation par un panneau Fête des Lumières, que si nous sommes bien devant « Bon débarras ». Conceptuel quoi… L’avantage c’est que ça rend mieux en photo qu’en vrai.

IMG_9328

Nous arrivons au pied de la Place de Sathonay où prennent place des Expérimentations étudiantes.

7* Les Expérimentations  étudiantes – Les Grands Ateliers de l’Isle d’Abeau, Place de Sathonay

Au départ, nous constatons dubitativement la présence de cubes illuminés.. euh ouaif… puis au gré de la place nous retrouvons des jeux d’ombres pas si mal fichus, des mises en situation sympas. Finalement pas si mal.

IMG_9333

IMG_9332

IMG_9338

IMG_9336

Une fois en bas de la pente de la Croix Rousse, nous traversons la Saône par le Pont de la Feuillée pour rejoindre la Gare Saint-Paul.

IMG_9339

8* Les Anookis agitent la Gare Saint-Paul – Inook, Gare Saint-Paul

Que dire de ce joli spectacle de projections sur la Gare Saint Paul ? On a juste adoré ! Les personnages d’esquimau qui s’amusent au gré de la façade de la gare sont juste trop mignons. On passe un excellent moment à les suivre ! L’un de nos deux coups de cœur de la soirée !

IMG_9356

IMG_9352  IMG_9360

IMG_9349

Nous retournons sur les quais de Saône et suivons le quai de Bondy pour rejoindre le n°30 de la rue…

9* Trois Robes Lumineuses – Kim Taegon, 30 quai de Bondy

Confidentiel, tellement qu’on aurait pu passer devant sans le voir si nous n’avions eu le plan initié par les gestionnaires du site officiel de la Fête des Lumières. En effet, cette attraction se situe à l’intérieur, dans la Salle Molière, que nous ne connaissions pas du tout. Que dire, de nuit les lieux sont enchanteurs, et j’ai pour ma part beaucoup aimé ces trois robes de led tout en délicatesse dont la couleur évolue au fur et à mesure…

IMG_9363

Nous remontons tout le Vieux Lyon, ses bouchons, ses odeurs de vin chaud et marrons grillés, son monde, ses pavés qui mènent la vie dure aux chevilles pour nous rendre directement à Saint-Jean.

10* Les Chrysalides de Saint-Jean – Damien Fontaine, Cathédrale de Saint-Jean

Sur la façade de Saint-Jean se déroule un spectacle de projections magnifiques, un mapping efficace, coloré, magique… Bref le spectacle relativement long passe à vitesse grand V. Les statues et les gargouilles prennent vie, des gravures moyenâgeuses apparaissent sur la façade le tout dans des couleurs chatoyantes. Énorme coup de cœur.

IMG_9373

Nous sortons du Vieux Lyon et retournons sur la Presqu’île via le Pont Bonaparte. Au bord des quais, nous faisons face à la colline de Fourvière.

11* Et si ? – Daniel Knipper , Colline de Fourvière

Sur la colline de Fourvière et sur ses bâtiments emblématiques (Fourvière, Saint Jean notamment) sont projetées diverses peintures de notre patrimoine, Lascaux en tête.

IMG_9385

IMG_9389

Sur la Presqu’île nous rejoignons rapidement la Place des Célestins qui chaque année nous réserve  de bonnes surprises. Comme toujours le lieu est très fréquenté (même pour un jeudi) et il est très compliqué de se faufiler sur la place pour assister à l’œuvre mise en place.

12* Lumières Archipicturales – Laurent Langlois,  Place des Célestins

Cette année le parti pris est de laisser les façade du théâtre aux mains d’un expert des loisirs créatifs. Au fur et à mesure des projections,  la façade est barbouillée de peinture, puis raclée, brossée bref ça nous a tellement passionné qu’on a quitté la projection en cours de route.

IMG_9390

IMG_9393

Nous remontons le long de la rue du Président Édouard Herriot pour rejoindre la si connue Place des terreaux et l’Hôtel de Ville qui sont généralement le siège des manifestations les plus immersives et les plus coûteuses.

13* Highlights-Skertzo, Place des Terreaux

Comme toujours la place est archi bondée et l’on trouve au détour de ses murs, un magnifique spectacle très bien pensé, avec un départ où l’on nous décroche même la lune. Puis une dizaine de personnages commencent à danser sur nos murs et à interargir avec eux. Un très bon moment !

IMG_9235

IMG_9233

IMG_9243

 

Une fois le spectacle terminé nous ne suivons pas les flèches sortie mais rebroussons chemin (bouh vilains qui ne respectons pas les règles) pour essayer de nous engouffrer dans la cour de l’Hôtel de Ville sans perdre un tibia, une cheville et ne pas mourir étouffé au passage. En effet, l’effet de goulot donne juste une impression d’étouffement, sans parler  de la dangerosité des marches  de l’Hôtel de Ville, de nuit, avec le mouvement de foule qui manque juste de nous faire nous écrouler à chaque marche. Une fois les portes passées, c’est le calme plat.. Quewa tant de monde à l’entrée et pas un chat à l’intérieur ? Bizarre…

14* Kokeshi de Soie – Le Pilote Productions, Hôtel de Ville

Nous rentrons donc dans la Cour de l’Hôtel de Ville et tombons nez à nez avec les petits personnages japonais sympathique..ment overlaids.. Je suis fan de la culture nippone, mais là c’est juste un massacre. Les kokeshis sont affreuses, la seule chose qui rattrape l’affaire est l’illumination de la fontaine et une projection en sortie. Nous qui étions habitués à des décos souvent de bon goût dans le Cour, que dire si ce n’est que la qualité des lieux est juste gâchée. Bref grosse déception !

IMG_9248

IMG_9261

IMG_9267

Nous sortons derrière l’Hôtel de Ville, face à l’Opéra… Direction la place Louis Pradel où des Luminaires géants ont élu domicile.

15* Light In – Tilt, place louis Pradel

La place Louis Pradel accueille souvent des objets lumineux géants, et cette année ne déroge pas à la règle. Très agréable à traverser avec ces immenses luminaires, l’effet est vraiment très réussi. On a beaucoup aimé.

IMG_9416

IMG_9417

Nous prenons le Pont Morand pour traverser le Rhône et rejoindre la place du Maréchal Lyautey.

16*Boite – Marie-Jeanne Gauthé, place du Maréchal Lyautey

La statue de la place est transformée en boîte à musique. Avec des effets somme toute tout simples (brume, projections, jeux de lumières) nous assistons à un spectacle très charmant.

IMG_9430

Nous remontons les quais du Rhône jusqu’au Pont Lafayette. Vue l’heure tardive nous ne faisons pas les fiers, surtout que cette zone est beauuuucoup moins touristique que la Presqu’île. En contrebas du pont Lafayette nous retrouvons une fresque interactive.

17*Éclat – Fresque Interactive – E-magineurs, Pont Lafayette

Nous retrouvons en contrebas projeté à même le quai une fresque. Nous sommes quelques uns à nous interroger sur la non interactivité de la fresque. D’autres visiteurs essayent de sauter, bouger, lever les mains devant les projecteurs… mais nada.. enfin si une jolie honte, vu que la fresque interactive, ne l’est pas xD. Bref un beau raté…

IMG_9437

Le pont Lafayette est aussi un des lieux décorés pour l’occasion.

18* Oriflammes – Le Pilote Productions, Pont Lafayette

De nombreux drapeaux ont élu domicile sur les deux côtés du pont. Avec le vent et les lumières évolutives, l’effet est très sympa et pourra être même une « attraction permanente » vu le cachet que ça amène aux lieux.

IMG_9433

Nous retournons sur la Presqu’île en traversant le Pont Lafayette. Nous partons à la recherche du second ascenseur de l’étrange de la place des Cordeliers que nous ne trouverons pas non plus. Qu’à cela ne tienne direction Place de la Bourse où Agatha Ruiz de la Prada a investit les lieux.

19* Corazòn – Agatha Ruiz de la Prada, Place de la Bourse

La célèbre styliste espagnole a monté exprès ce projet pour la ville de Lyon chère à son cœur. Nous nous attendions à quelque chose d’exceptionnel. Et on se retrouve avec un tout ça pour ça ??? Nous entendons juste derrière nous « on dirait des touillettes géantes collées » et je dois dire que la réflexion prend tout son sens quand on voit la photo ci-dessous. Bref méga bof.

IMG_9413

De là nous rejoignons un lieu intimiste de festivités, tellement intimiste que l’on tombe dessus par hasard et une fois encore heureusement que notre plan était là (même si nous pensions que la maglite géante était l’attraction en question). Finalement on l’aurait loupé nous n’aurions pas perdu grand chose pour être honnête.

20* Labo#6-Théâtre des Asphodèles

Pour faire court : anecdotique. Peu d’intérêt. Dans une vitrine on trouve des fils avec des mots éclairés. Trépidant.

Non non ce n'est pas l'attraction donnée dans le plan, elle est quelques metres plus loin dans la vitrine d'une boutique...

Non non ce n’est pas l’attraction donnée dans le plan, elle est quelques metres plus loin dans la vitrine d’une boutique…

IMG_9458

Nous débouchons sur la place de la République et ses fontaines au milieu desquelles le Roi des Dragons a élu domicile.

21* Le Roi des Dragons-Bibi, Place de la République

Un monstre tout hérissé avec des yeux de drogué nous fait face. Très conceptuel, très géométrique, il faut avouer qu’il est pas très harmonieux et en impose pas tant que ça en tant que roi des dragons. Bref l’animation est sympa mais pas à se taper les fesses par terre.

IMG_9455

Nous partons en direction de la plus grande place d’Europe, la place Bellecour en empruntant la Rue de la République parée de ses plus beaux atours.

22* Roman-Tyca – Hexagone Illumination, Rue de la République

Que dire de ces grandes arches qui surplombent toute la rue de la République ? Magnifique, majestueux, idée géniallissime. J’ai juste adoré !

IMG_9454

Nous arrivons enfin sur la place Bellecour et son emblématique cavalier.

23* Magic Cube – Gilbert Moity, Place Bellecour

L’année dernière le cavalier avait été arnaché à un grand nombre de ballons colorés à la mode de Là-haut, le film Pixar et un lâcher de lampions japonais avait eu lieu. Les deux années précédentes,le cavalier était le sujet d’une boule à neige gigantesque. Bref de très belles mises en situation. Cette année, le cavalier est comme disposé sur un cube lumineux. Ledit cube étant éclairés en fonction du pédalage de visiteurs sur des vélos disposés autour du cavalier. Que dire sans être vulgaire et méchante ? Extrêmement déçue…La déception de la soirée !

IMG_9464

Nous remontons ensuite la rue Victor Hugo pour passer aux derniers spots de visite.

24* Granada y Rafalga – Hexagone Illumination, Rue Victor Hugo

Comme pour la rue de la Ré’, la rue Victor Hugo est illuminée. Cependant on doit reconnaître que c’est bien moins réussi que la Rue Victor Hugo. En effet, des suspensions ne fonctionnent pas et cela semble moins travaillé, moins majestueux.

IMG_9471

Nous faisons un léger détour par la rue Sala pour voir une projection très sympa dans un coin un petit peu perdu de la Presqu’île..

25* Images Labo – Expérimentations étudiantes – Les grandes images, École Michelet

Sur ce mur sont projetés des projets d’étudiants. Très sympathique à voir, très bien imaginés, et ça fait plaisir de voir (même si c’est vraiment dans une zone reculée) qu’une partie est laissée aux plus jeunes pour montrer leur talent.

IMG_9473

L’heure commence à filer sévère, et la fatigue commence à se manifester. Nous décidons donc de ne pas faire la fin du programme et décidons de terminer par l’illumination des voûtes de Perrache avant de reprendre le métro pour rentrer. Tant pis pour l’illumination de Confluence.

26* Illumination des voûtes de Perrache – DEP, Perrache

Nous franchissons le Village de Noël (fermé vu l’heure tardive) et entrons sous les voûtes de Perrache. Heureusement qu’il y a du monde sinon ce serait particulièrement glauque. Nous entrons donc dans un tunnel légèrement bleuté mais ça ne casse pas des briques. Au bout d’un moment un effet de fumée et de nombreux poissons surgissent. Ce qui semblait raté se révèle au final très bien, très immersif.

IMG_9477

IMG_9478

En définitive, comme chaque année de l’excellent et du moins bon, mais de très bons spots, là où on s’y attend parfois le moins. Le seul bémol est quand même la non illumination du Parc de la Tête d’Or qui permettait de faire une belle entame de ballade avant de rejoindre la presqu’île via les quais du Rhône, comme cela était faisable il y a encore peu.