Saint Augustine – Florida (USA)

La ville de Saint Augustine est la plus ancienne ville des Etats-Unis. Elle se situe entre deux rivières, la rivière Matanzas et la rivière San Sebastian et est toute proche de l’Océan. Comme le laissent présager  le nom de ces rivières et nombre de noms de bâtiments anciens ainsi que nombre de rues, la ville a été fondée par les colons espagnols en 1565 (ils ont délogé les Français qui y avaient créé un poste car pour eux nos compatriotes étaient trop proches de leurs autres colonies). Pour rappel Colomb a découvert les Amériques une nuit d’octobre 1492.

Passé ces considérations que trouve-t-on à Saint Augustine ? Plein de bâtiments très anciens et très beaux à forte connotation espagnole pour certains mais également toute une partie hyper commerciale (trop ?) orientée « ville la plus ancienne blablabla » et son lot d’objets kitchissimes. Son statut de ville très touristique fait que pas un parking à la ronde n’est gratuit et autant dire que vous laisserez un rein pour une journée de parking (qui au final s’est transformé pour nous en demi-journée).

Garé au parking couvert près du visitor center nous partons à la découverte de la ville qui se révèlera finalement très jolie et sympathique mais à certains endroits écrasante au niveau température (allées peu larges + pierre/béton sur sol et mur + soleil de midi = attention aux insolations).

* Castillo San Marcos

Nous commençons par le Castillo San Marcos qui se situe au bord de la rivière Matanzas. Plus ancien fort des Etats-Unis il a été édifié entre 1672 et 1695 par les Espagnols. C’est un monument national depuis 1924. Sa situation géographique privilégiée en fait un cadre très joli pour les photos. L’entrée à 15$/p après la douche froide du parking nous dissuade cependant d’y rentrer. Nous profiterons tout de même de son extérieur qui nous donne des points de vue très sympas.

Nous revenons un peu sur nos pas pour prendre la St Georges Street sur laquelle on retrouve nombre d »Oldest […] ». A commencer par la Oldest Wooden Schoolhouse of United States.

* Oldest Wooden Schoolhouse of United States

Située au 14 St Georges Street, la date exacte de sa construction est inconnue, mais elle figure pour la première fois dans un registre de taxe en 1716, sachant qu’aucun bâtiment en bois ne peux dater d’avant 1702, date à laquelle les Britanniques ont brûlé la ville pour essayer de déloger les espagnols. La chaîne que l’on voit sur celle-ci a été posée début XXème siècle afin d’éviter qu’un ouragan ne la fasse s’envoler. Construite en cyprès de Louisiane et cèdre rouge, elle a subit une réfection récente de son toit. La salle de classe était située en bas, tandis qu’au premier étage on retrouve le lieu de vie du maître et de sa famille (sachant que la cuisine était isolée dans un autre bâtiment pour éviter les départs de feu). Il est possible de la visiter en tour guidé tous les jours de 9h à 17h pour un prix de 5$/p. Jérém’ ne voulant pas faire un remake de la petite maison dans la prairie nous avançons le long de St Georges Street sans la visiter.

Plus nous remontons St Georges Street plus les anciens bâtiments historiques cèdent la place aux commerces douteux mais une fois ceux-ci passés nous tombons sur des parties plus arborées de la ville.

Au bout de St Georges Street nous tombons sur des bijoux de l’architecture espagnole.

* Cathedral Basilica (au premier plan de la photo)

Construite entre 1793 et 1797, elle est entrée au patrimoine national en 1970. Son histoire est originale dans le sens où depuis la fondation de la ville, les espagnols ont monté les unes après les autres plusieurs cathédrales qui ont été détruites les unes après les autres par les flammes. En 1586, tentative de Sir Francis Drake de colonisation et incendie au passage de la première cathédrale. En 1599 un incendie naturel détruit la seconde et la troisième est brûlée en 1702 par les anglicans (cette cathédrale commençait cependant à se délabrer faute d’entretien et de moyens de la population) dans leur tentative de faire tomber la ville dans le girons des anglais. Pendant 90 ans aucune reconstruction ne fut mise en place, malgré l’envoi d’argent du roi (qui servit en réalité à la survie des habitants). Entre 1763 et 1784 la Floride entre dans le giron anglais et le projet de cathédrale est abandonné temporairement. En 1786 quand l’Espagne reprend le contrôle de la Floride, la priorité est mise sur la reconstruction de la Cathédrale. Celle qu’on la voit aujourd’hui à St Augustine commencera à être construite en 1793.

Le bâtiment rouge et blanc à l’arrière ne dépend pas de la cathédrale et se trouve être une banque (Wells Fargo Bank).

Nous reprenons notre visite de la ville en passant devant le Flagler College qui est l’image même que l’on peut se faire d’un campus américain dans les séries TV.

* Flagler College

Le Flagler College est une université d’arts libéraux fondée en 1968.  D’une surface de 77 000 m², le bâtiment principal de celle-ci (Ponce de Leon Hall) se trouve être un ancien hôtel de luxe inscrit au patrimoine national et bâti en 1888 par John Carrere et Thomas Hastings sur demande de Henry Morrisson Flagler (tiens tiens voilà l’origine du nom de l’Université). J’aurais beaucoup aimé découvrir ces bâtiments mais je n’ai pas osé (pas sûr que ce soit autorisé). Mais en tout cas de l’extérieur il en impose. C’est vraiment le genre de lieu où il doit être super sympa d’étudier.

A proximité du Flagler College (enfin proximité, juste de l’autre côté de la rue) se situe le Lightner Museum.

* Lightner Museum

Ce musée est composé notamment d’antiquités américaines victoriennes. Le musée occupe comme le Flagler College un ancien hôtel inspiré de la Renaissance Espagnole. Histoire d’être original, cet hôtel  a été commandé par tataaam Henri Flagler aux mêmes architectes Hastings et Carrère  en 1887 et nommé Hotel Alcazar. Comme son frère, il est entré au patrimoine national. Ces bâtiments sont parmi les premiers à être en béton coulé (hé oui encore un coup de la malédiction des « Oldest » de la ville). En 1932, l’hôtel ferme ses portes. En 1946  Otto C. Lightner un éditeur de Chicago le rachète pour y mettre sa collection d’objets victoriens et le transforme en musée qui ouvre ses portes deux ans plus tard. Il cède le musée quelques années plus tard à la ville de St Augustine.

Ouvert de 9h à 17h (dernière entrée à 16h). 15$/adulte.

Juste à côté du Lightner Museum se trouve un bâtiment qui nous donne l’impression d’être à l’hôtel Castillo d’Europa Park.

* Villa Zorayda

Connue également sous le nom de Castle Zoraida (Château Zoraida), ce bâtiment atypique construit en 1883 s’inspire du palais hispano-mauresque construit à Grenade : l’Alhambra. L’excentrique millionnaire Franklin W. Smith, impressionnée par sa visite du palais original à Grenade en est le commanditaire. En 1993 elle entre au patrimoine national historique.

Franklin est le premier (donc Oldest) à se lancer dans le béton coulé (suivi de près par son futur voisin Flagler). Il fait de la Villa Zorayda sa maison d’hiver et est le premier bâtiment à réintroduire l’architecture hispanique dans la plus ancienne colonie espagnole de Floride. Cette villa est considérée comme le premier exemple d’architecture thématique en Floride et donc en quelques sorte la grande sœur du futur Walt Disney World (quand je vous dis que ça ressemble à EuropaPark je n’en suis pas loin).

En 1913 la villa est achetée par Abraham S. Mussallem. En 1922 elle devient un nightclub puis un casino avant de fermer en 1925 quand la Floride interdit les jeux d’argent. En 1936, elle réouvre ses portes en tant que château Zorayda pour les touristes, avec en son sein des objets correspondant à l’architecture de la villa. Elle a été rénovée complètement récemment et désormais peut être visitée en tour guidée.

Visite possible de 10h à 17h (dernier départ à 16h30).

La visite avec guide audio en français est à 12$/adulte.

Un autre bâtiment commandité par Smith se situe à proximité de la Villa Zoraïda.

* Casa Monica

Cet hôtel est l’un des plus anciens des Etats-Unis. Ouvert en 1888 par Smith, ce bâtiment comme pour la villa Zorayda est d’inspiration hyspano-mauresque. Suite à des soucis financiers, Smith le revend à Flagler qui le renomme en Cordova Hotel et y construit un pont afin de le relier à un des hôtels qu’il a construit : l’Alcazar. En 1932, l’hôtel est fermé et en 1945 le pont est supprimé. Après avoir été utilisé pour diverses tâches publiques, il subit un vaste programme de rénovation afin de redevenir un hôtel. Il réouvre fin 1999  sous son premier nom Casa Monica Hotel et devient le seul hôtel de St Augustine a être pourvu de la distinction prestigieuse AAA’s Four-Diamond award.

Par la suite nous nous enfonçons dans une partie moins touristique de la ville et de plus en plus de bâtisses charmantes typiquement américaines se trouvent sur notre chemin. Avant celles-ci nous tombons encore ! sur une ou deux oldest…

* Fernandez Llambias House

Cette maison, construite en 1763,  a été reconnue comme une structure coloniale originale par la ville de St Augustine. En avril 1970 elle est entrée elle aussi au patrimoine national historique. Certes c’est historique mais de mon propre avis, c’est moche !

Une un peu moins laide et toute aussi historique, voici la Tovar House.

* Tovar House

Maison d’un fantassin en 1763, le site et la taille de cette maison sont restés inchangés durant la colonisation anglaise, quand John Johnson (l’originalité des parents !) un marchand Ecossais vécut dedans.  Au retour des Espagnols en 1784, Jose Coruna, un expatrié des Canaries avec sa famille et Tomas Carabello un assistant chirurgien ont occupé la maison. Geronimo Alvarez rachète la propriété en 1791. Elle reste dans la famille jusqu’en 1871. L’un des derniers occupants de la maison est un général de la guerre civile américaine Martin D. Hardin, USA. The Tovar House appartient à la St. Augustine Historical Society depuis 1918. Bref hormis l’ancienneté de la maison (et la maison plus sympa que celle du dessus) rien de bien excitant.

Nous passons donc devant des maisons typique américaine. On se croirait presque devant le manoir de Charmed et l’on s’attend à voir débarquer Piper, Paige ou Phoebe au détour d’une rue.

Nous retrouvons après cette  ballade dans la ville la rivière et nous décidons de la longer pour essayer de retrouver notre chemin (l’idéal étant de trouver le Castillo de San Marcos.. nous perdus ? JAMAIS !)

* Statut Ponce De Leon

En chemin, nous retrouvons la statut de Ponce De Leon. Qui ça ? C’est un conquistador espagnol qui a découvert la Floride en 1513. Merci à lui ^^

Bilan de St Augustine : ville très charmante si on évite les attrapes touristes, et vraiment de très belles surprises architecturales. Nous avons pris le parti de ne rien visiter mais ajouter la visite de la Villa Zorayda ou du Castillo de San Marcos peut être sympa (voir la Oldest Wooden Schoolhouse).

 

[Carnet de Route] Disney Cruise Line – Bahamas Cruise (3 Nights). Partie 8/8 : D-Day at Cape Canaveral

Ce matin nous nous levons de bonne heure, un petit pincement au cœur.  Ce sont nos derniers moments sur le Disney Dream. Nous prendrons notre See You Real Soon Breakfast à l’Animators Palate comme nous l’a indiqué la veille Eva. Il est déjà 8h bien sonnés et la foule attend que les portes s’ouvrent.

Une fois tous assis à la table de la veille, Eva vient prendre nos commandes. Jerem’ se contentera de viennoiseries, de jus d’orange frais et d’un chocolat chaud. Pour ma part je joue à la gourmande et commande « For a Sweet Journey – buttermilk pancakes, blueberry pancakes, whole wheat pancakes, Belgium waffles (all served with honey or breakfast syrup) » assorti d’un jus d’orange et de chocolat chaud également. Les pancakes et la gaufre sont à se taper les fesses par terre et je sors de table l’estomac bien rempli. Avant de quitter le restaurant nous remettons à Eva l’enveloppe contenant ses tips, comme nous l’avions fait la veille avec l’aide serveur, le chef des serveurs et notre housekeeper. Après un au revoir et un gros pincement au cœur, nous partons récupérer une photo que nous avions commandée la veille, et il est désormais temps de faire nos adieux au Dream. Nous suivons le chemin inverse de l’aller..

 

 

Nous passons rapidement la douane (nous n’avons rien à déclarer vu que nous n’avons (presque) rien acheté). Puis nous arrivons dans un hangar où nous partons dans un jeu de recherche d’une aiguille dans une meule de foin, ou comment retrouver ses bagages parmi des milliers d’autres valises de même couleur ? (ben oui on a pris des valises noires comme 90% des passagers). Nous trouvons rapidement la zone verte Tinckerbell, et après moult recherches toutes nos valises sont récupérées. Une fois sortis du bâtiment, nous rejoignons le parking. Il fait un froid de canard (après les plus de 30°C dans les Bahamas, on doit pas être loin des 10°C là, super choc thermique). Le hic, c’est qu’en 4 jours on a largement oublié l’endroit où on a garé notre voiture. Et c’est pas qu’on est chargés, mais presque. Nous voilà à faire tous les étages du parking à la recherche de la voiture, que nous retrouvons au bout d’un temps interminable..

Notre belle croisière se termine à la sortie de ce parking. Elle reste encore aujourd’hui près de 8 ans après un merveilleux souvenirs. Nous repensons encore souvent à Castaway Cay, aux Crew Members si gentils et à la BOUFFFEEE !!
Malheureusement actuellement toutes les croisières sont suspendues. Du coup en refaire une n’est pas dans nos projets. Surtout qu’à la sortie de cette belle expérience je me vois atteinte par un mal pas forcement très agréable : « le mal de Terre ». Pour ceux qui ne connaissent pas, l’oreille interne après une croisière a du mal à s’adapter à l’absence de roulis. Et du coup pendant quelques jours, de jolis symptômes comme la nausée, l’impression de tanguer, les vertiges se déclenchent. Est ce qu’un jour mon envie de croisière passera avant ce syndrôme? Pour le moment non mais qui sait…

[Carnet de Route] Disney Cruise Line – Bahamas Cruise (3 Nights). Partie 7/8 : Castaway Cay le bijou des Bahamas (Part 2)

Nous arrivons peu de temps avant la fermeture du barbecue éphémère. Juste le temps de nous servir copieusement en salade composée, hamburger maison (très bon) et gâteaux. Nous nous installons à l’ombre sur les tables de pique-nique. Presque personne, un repas bien au calme.

Après avoir englouti notre ration, nous nous dirigeons vers la plage adultes. Le temps s’est découvert mais le vent s’est largement levé. Tant pis nous nous calons sur des transat pour profiter un bout de la magnifique vue pour ma part, et Jérem’ va nager dans la mer des Bahamas (« ben attendez, si on a fait une croisière dans les Bahamas et qu’on se baigne pas dans la mer des Bahamas c’est nul« ).

Après que môssieur ait fait trempette, il nous reste un peu moins d’une heure avant d’embarquer. Le temps de tester (pour la première fois pour moi) les grands hamacs.. séance de fous rires garantis (heureusement on est les derniers sur le bord de mer), quand Jérem’ essaie d’en descendre.

Nous repassons rapidement (non pas pressés par le temps, mais par l’orage qui guette et les gouttes d’eau qui commencent à tomber) par la boutique du centre de l’île histoire d’acheter un T-shirt et un album photo en solde *_* et d’entendre une jeune reprendre avec talent someone like U d’Adele à la guitare. Il est désormais temps de ré-embarquer, accompagnés par Minnie (qui a failli rester à quai du coup…).

Le bateau part vraiment trop tôt, mais il nous permet d’assister à un  coucher de soleil sur la mer, de notre terrasse.. magnifique spectacle s’il en est…

Nous bouclons nos valises, celles-ci devant être mises devant la porte avant 19h pour pouvoir être ramassés par les Crew Members. Au final on les mettra un chouilla en retard au retour de Believe.

Puis  nous assistons au dernier spectacle de la croisière : Believe !

Believe !

Ce troisième et dernier spectacle de la croisière d’une durée de 50 minutes environ combine un show musical à l’américaine et l’histoire d’un père complètement dépassé par son travail et qui au travers de la magie Disney renoue le lien qu’il a avec sa fille et recentre ses priorités. Au vue du pitch ça sent le loukoum à plein nez, et c’est le cas. On a mangé de niaiserie et de bons sentiments jusqu’à l’écœurement. La magie, l’amour et tout et tout ça va bien un moment mais ressassé pendant 50 minutes, purée c’est long. Bref c’est le spectacle qui nous aura le moins convaincu de la croisière (on aurait préféré rempiler pour un Vilains tonight!). A noter que le père sous l’effet de la magie du Génie d’Aladdin est catapulté dans des scènes mythiques de dessins animés, l’occasion pour nous de retrouver nombre de personnages, de Tiana à Mary Poppins en passant par Rafiki, Belle et Peter Pan.

Avis : mouaif ++, le moins convaincant des trois spectacles.

Pour vous faire une idée :

A la fin du show, nous faisons un petit tour des boutiques pour récupérer un ou deux goodies (encore !) puis il est temps d’aller manger un bout à l’Animators Palate.

Animator’s Palate

Ce restaurant inspiré par l’animation des films Disney  est décoré avec tout ce que l’on aimerait trouver dans un studio d’animation. Ici les piliers sont remplacés par des énormes pinceaux, les plafonds représentent des palettes de couleurs, les murs sont composés d’étagères remplis de statuettes et autres petits objets que l’on retrouve dans les films et aux murs nous retrouvons également des grands écrans interactifs ou des personnages de Némo viennent entretenir la conversation avec nous (comme on peut le voir tant soit sur l’attraction Stitch à Disneyland Paris, Monster Inc. Laugh Floor au Magic Kingdom de WDW ou encore Turtle Talk à EPCOT de WDW). La thématisation du restaurant est à couper le souffle, il regorge de centaines de détails, on pourrait passer la soirée à les lister et à les chercher.

Nous retrouvons avec joie Eva au service ce soir. Le menu de l’Animator’s Palate tourne autour de deux cuisines : la cuisine US  et la cuisine du Pacifique. Après maintes réflexion je choisis pour ma part :

      • Smoked Salmon Tartare

Capers, Onions and Micro Greens topped with American Black Caviar, seasoned with Celtic Salt

un tartare de saumon fumé excellenteuh !

    • Baked Potato and Cheddar Cheese Soup With Bacon Bits and Chives

soupe de pomme de terre et fromage avec du bacon, *top*

    • Marinated Angus Beef Tenderloin
      Carved to order on Wasabi Mashed Potatoes with Bok Choy and a Tamarind Barbecue Reduction

la viande était très tendre…

      • Crunchy Walnut Cake

Dark Chocolate Mousse and Raspberry Coulis

un trianon like *_*

Jerem de son côté a pris :

    • Smoked Salmon Tartare
      Capers, Onions and Micro Greens topped with American Black Caviar, seasoned with Celtic Salt

      • Vine Ripe Tomato Salad

Bell Peppers and Onion Brunoise topped with Micro Greens and Herb Dressing

    • Lemon-thyme Marinated Organic Chicken Breast

With Sour Cream Mashed Potatoes, roasted Root Vegetables and Grain Mustard Jus

      • Chocolate Brownie Cheesecake

With Whipped Cream and Raspberry Coulis

Ce dernier restaurant est vraiment très sympa et entre en deuxième position de notre classement. Sa thématisation est la plus poussée (avec le restaurant qui évolue au fil des minutes comme un dessin qui se colore au fur et à mesure des coups de pinceaux de l’animateur), les plats sont très bons et le service toujours aussi impeccable. Le seul point négatif, de part sa configuration, il est relativement bruyant au contraire des deux autres.

Nourriture  : +++

Ambiance  : +++

Service : ++++

Après notre repas, nous passons dans le hall où se déroule la « cérémonie des adieux » (perdu le terme exact) mais en gros tous les personnages ainsi que l’équipage (et notamment le capitaine) descendent les marches pour venir prendre une dernière volée de photos et dire au revoir à tous.. Un monde de fou se presse au bas des marches, mais cela nous permet tout de même de faire encore deux ou trois M&G (meet & greet).

Après cette session photo, nous faisons un dernier tour du bateau. Nous tombons sur nos compères français avec qui nous discutons de cette dernière journée -(et du dernier spectacle xD).. En chemin nous croisons un Crew Member qui tique de nous entendre parler français. C’est là que nous découvrons que celui-ci était auparavant CM à DisneyLand Paris et qu’il est depuis quelques temps Crew Member.

Cette dernière soirée se termine tranquillement, et nous nous couchons pour la dernière fois sur la mer des Bahamas, demain dur retour à terre de prévu… La Cruise Line se termine…