Tower of London – Londres (United Kingdom)

La Tour de Londres emplacement emblématique de la ville, car disposant de la salle des joyaux de la couronne est située sur la District Line (the green one) à l’arrêt Tower Hill. De prime abord le métro londonien semble assez compliqué à comprendre, mais en suivant bien les panneaux et les indications et en gardant bien le plan de celui-ci (ou en en prenant un à chaque station comme nous *_*) tout se passe très bien. Un coup de badge en entrée, un coup en sortie, les £ défilent le plus simplement du monde. La Tour de Londres n’ouvrant qu’à 10 a.m. nous nous positionnons quelques instants sur un promontoire situé face à celle-ci (juste à la sortie du métro) où l’on retrouve également un cadran solaire gigantesque sur lequel est indiqué tous les faits marquants de l’histoire de la ville depuis la construction de la Tour de Londres en 1066. Le promontoire nous permet également d’avoir une vue dominante sur la City.

 

 

Nous trouvons également en chemin un vestige d’une des poternes médiévales de Tower Hill (large porte médiévale donnant accès à la Cité) découvert lors de la construction du passage souterrain de Tower Hill.

IMG_7800

La Tour de Londres est un des monuments emblématiques de la ville (au même titre que les Houses of Parliament, Big Ben etc..). Contrairement à ce que son nom laisse penser ce n’est pas une simple tour mais une forteresse qui a été construite et développée au cours des siècles.  En 1066, le Duc de Normandie, réclame le trône d’Angleterre laissé vacant à la mort d’Edouard le Confesseur. Une guerre découle de cette demande, et Guillaume grand vainqueur de celle-ci, pour appuyer son autorité lancera la construction d’une immense forteresse imprenable : la Tour de Londres. Tour à tour lieu de résidence de monarques, lieu d’emprisonnement, armurerie, trésorerie, ménagerie, la Tour de Londres s’est agrandie sous l’égide de plusieurs rois notamment Richard Ier, Henri III et Edouard Ier aux XII et XIIIème siècle.  Malgré les changements de fonction au cours des siècles, le plan des lieux n’a que peu changé depuis le XIIIème siècle.

Actuellement la majeure partie des lieux est visible moyennant le paiement du prix d’entrée (24£70/adulte). Nous conseillons l’achat en ligne des billets
afin d’imprimer un voucher. Celui-ci permet d’éviter la file d’attente au guichet et de se présenter au comptoir de l’accueil groupe pour récupérer ses billets d’entrées et un plan des lieux (comptoir moins fréquenté).
Une fois nos billets en main nous nous présentons à l’entrée, où une fouille sommaire de notre sac est effectuée. Nous rencontrons là nos premiers beefeaters, gardes de la Tour de Londres avec leur magnifique costume noir et rouge et leur chapeau.

Une fois la fouille passée, nous entrons dans la Tour de Londres à proprement parler. Nombre de touristes attendent la visite guidée réalisée par un des beefeater. Je prends mon air de chien battu pour essayer de soudoyer Jerem’ pour la faire, mais celui-ci se braque, il ne comprend pas assez bien l’anglais selon lui et ne veut pas avoir à écouter le récit de meurtres atroces par un beefeater. Bref nous visiterons les lieux par nous-mêmes (et sans audioguide, je me refuse d’avoir l’air aussi idiot que les autres avec leur espèces de téléphone portable collé à l’oreille pour écouter les explications). On se contentera de tous les panneaux explicatifs et en anglais pour comprendre l’histoire des lieux.

Histoire de ne rien louper en chemin nous commençons par la première partie accessible en arrivant : The Medieval Palace and Wall Walks.

1. The Medieval Palace and Wall Walks.

Comme son nom l’indique, nous allons visiter ici le palais médiéval et faire le tour des lieux sur le haut des remparts. Ouverts depuis 2006, la partie des Palais Médiévaux reconstitue la chambre, la salle du trône et la chapelle des anciens maitres des lieux avec explications des matériaux utilisés. Le sol est en bois et certaines parties des lieux sont d’origine.

Nombre d’explication à la clé et sujet très intéressant. Nous débouchons suite à cette visite sur les remparts qui nous donnent une vue très sympa sur la Tour Blanche mais aussi sur la Tamise, le London Bridge et la City.

Nous entrons désormais dans la Lanthorn Tower érigée entre 1220 et 1238 qui aurait servis comme lieux de résidence privé au Roi présente tout un lot d’objets du quotidien de l’époque, de très beaux ouvrages très bien conservés.

IMG_7844

De courts remparts séparent la Lanthorn Tower de la Salt Tower qui servit entre autres au stockage de denrées, mais aussi à l’emprisonnement de personnages célèbres (enfin peu célèbres pour nous petits frenchies). A l’intérieur de celle-ci nous retrouvons sur les murs des graffitis réalisés par ces prisonniers.

IMG_7852

Par la suite nous traversons the Broad Arrow Tower qui fut utilisée dans un premier temps comme tour de garde, puis lieu de stockage de biens de valeurs, avant de devenir un lieu d’emprisonnement. Désormais celle-ci permet de découvrir le fonctionnement de la tour.

De courts remparts puis une dernière tour, la Martin Tower (1240) utilisée au 17ème siècle pour contenir les joyaux de la Couronne, on y retrouve désormais des explications sur la conception des couronnes et la présence de certains joyaux.

2. Royal Beasts

Qui dit Tour Royale dit Ménagerie Royale. En effet, les Rois très fortunés se voyaient offrir des animaux plus ou moins exotiques par d’autres royaumes, et lesdites bêtes se retrouvaient donc enfermées à la Tour de Londres. Dès 1210 et pendant plus de six cents ans, lions, singes, ours, chiens et autres bestioles ont donc animé la Tour de Londres, tour à tour source d’amusement (parfois gore dans le genre, on laisse un ours, un lion et un chien ensemble lequel survit ?) ou de visite ludique, quitte à créer des évènements tragiques (à trop laisser les prédateurs libres, des humains s’y sont fait croquer). Pour éviter de nouveaux désagréments, au XIXème, les derniers animaux furent transférés au Zoo de Londres. Intéressant à voir, très didactique pour les plus jeunes (jeux à la clé), c’est à passer mais inutile si on est pressé par le temps. A noter les statues de certains animaux à taille réelle tout au long de la visite réalisées par Kendra Haste.

IMG_7860

Nous redescendons enfin sur le plancher des vaches, histoires de se poser quelques instants au soleil et prendre un peu de chaleur (mine de rien il fait frisquet dans cette succession de Tours). Le temps de croiser un beefeater en grande conversation avec une touriste, et un garde faisant les cents pas à proximité de l’exposition des bijoux royaux. La cour est calme, paisible…

3. Crown Jewels

Après ces quelques instants de calme, nous nous orientons vers le bâtiment exposant les Joyaux de la Couronne (photo interdites bien sûr). Que dire, des centaines de diamants, de joyaux, des bijoux qui étincellent, enfermés derrière des portes blindées type coffre-fort qui font trois fois mon épaisseur facile, on voit que derrière celles-ci,  une partie de la fortune royale est présente dont certains des plus gros diamants existants. Un véritable trésor est donc contenu dans cette forteresse. N’importe quelle fille (vénale or not) aimerait devenir reine rien que pour porter de tels joyaux. Visite courte mais très très fréquentée notamment dans la partie où se trouvent les plus jolies couronnes.

Après nous être laissé impressionner par l’argent de la monarchie britannique redescendons donc sur terre et allons dans une partie plus glauque des lieux.

4. Bloody Tower

Lieu d’emprisonnement (encore) mais surtout le lieu où deux jeunes princes furent tués au XVIIème siècle. L’histoire de ces deux princes nous est contée dans cette tour, et à la manière d’un Sherlock Holmes nous devons déterminer qui des deux suspects les aurait tués, le tout en « votant » sur un panneau interactif.

Nous finissons la ballade des lieux par l’imposant monument situé pile au milieu de la Tour de Londres : la White Tower.

5. White Tower

Pour de nombreuses personne la Tour de Londres est la Tour Blanche. Que nenni, la Tour Blanche n’étant qu’une partie de la Tour de Londres (comme Big Ben qui n’est qu’une partie -la cloche- de l’Elizabeth Tower). Construite en 1078 par Guillaume le Conquérant (excusez du peu), ce donjon a été un palais royal et une forteresse pendant presque un demi-siècle. Ici nous retrouvons tout simplement l’évolution des armes au cours des siècles avec des centaines d’objets, de l’armure complète au bouclier en passant par des armes plus exotiques. Vraiment super sympa à voir ! Nous avons beaucoup aimé !

IMG_7906

IMG_7910

Nous finissons notre visite par The Fusilier Museum.

6. The Fusilier Museum

The Fusilier Museum raconte l’histoire du régiment britannique formé par le roi James II de 1685 jusqu’à aujourd’hui (notamment les paquetages -très lourds- des militaires anglais actuels). Très intéressant à voir/lire avec de nombreuses pièces de collection, j’ai pour ma part beaucoup aimé.

Nous avons pris une grosse demi-journée pour visiter ce lieu emblématique de la capitale anglaise. Un must do !

 

Visité en 2012